“6 jours après, je ne sens toujours pas ma jambe”

Elles s’appellent Léyna ou Léa et font partie des dizaines de personnes victimes de piqures lors d’un concert le vendredi 4 juin dernier à Toulon.

Pour une fois qu’il y avait un truc gratuit et qu’on pouvait s’amuser… J’ai plus envie de faire des concerts si c’est pour se faire piquer tout le temps.

Léa Badet n’oubliera pas cette soirée du vendredi 3 juin au cours de laquelle elle dit avoir été victime d’une piqûre.

Présente avec sa meilleure amie au concert organisé par TF1 plage du Mourillon, cette jeune varoise de 18 ans diffusée une très bonne soirée quand elle commence à se sentir mal.

Dès que Tayc a fini de chanter j’avais la tête qui tournait, les fourmis dans les mains.

Léa Badet, victime de piqûre.

Elle ajoute : ” J’ai rien senti parce qu’on était trop serré.

Léa Badet est alors évacuée, les sapeurs-pompiers la prennent alors en charge. Impossible pour elle de s’allonger dans la tente des secours, elle a alors des nausées.

Le frère de sa meilleure amie vient finalement les chercher toutes les deux pour les ramener chez elles.

La soirée a été écourtée et pourtant, le concert s’annonçait exceptionnel comme le montre cette bande-annonce :

Je n’ai pas trop le moral parce que ça fait 6 jours que je ne sens toujours pas ma jambe.

Léa Badet doit voir un médecin dans les jours qui viennent. Cette habitante de la Farlède a été portée plainte à la gendarmerie. Elle affirme avoir entendu les gendarmes évoquent des piqûres dans des restaurants, des grandes surfaces et des centres commerciaux.

J’ai une copine à moi qui m’a dit qu’elle s’est faite piquer dimanche à Magic World, le parc d’attraction à Hyères.

Je ne sais pas quel est l’intérêt” se demande-t-elle au sujet des motivations des agresseurs. Elle a découvert que ce qui est sûr c’est qu'”sur un plus envie de sortir“.

Léyna Nomari affirme qu’elle aussi avoir été victime de piqûre le soir du vendredi 3 juin à Toulon.

Il y a eu un mouvement de foule et on entend : « Attention ! Il ya quelqu’un qui pique au milieu ! Il y a quelqu’un qui pique.» Tout le monde regarde sur ses jambes, sur ses soutiens-gorge.

“Je rentre chez moi comme je peux et le lendemain matin en me réveillant, je m’assois et je vois que j’ai une trace de piqûre dans la cuisse.” explique-t-elle à l’un de nos équipes.

Dans un long message sur le réseau social Facebook, cette accompagnatrice éducative de la petite enfance raconte cette soirée cauchemardesque :La soirée commence, je pète la forme, on chante, on danse .. puis d’un coup ma vison se trouble .. et je commence à avoir des remontées acides de mousse (oui oui , j’avais l’impression que j’ allais vomir des blancs d’œufs montés en neige).”

Son témoignage à retrouver dans notre reportage :

Léyna Nomari critique également l’organisation : “Nos sacs ont été juste regardés en 2/2 et puis basta !

Tout le monde pouvait planifier des choses dans ses poches, sous vêtements et petites poches des sacs !

Léyna Nomari, victime de piqûre

J’ai regardé les personnes qui « géraient » la sécurité en leur disant « et on ne se fait pas palper avant de rentrer ? » mais apparemment non car ce n’est pas nécessaire.

Ça veut dire que tout le monde pouvait planifier des choses dans ses poches, sous vêtements et petites poches des sacs !

Les seringues étaient bien interdites à l’entrée

Le professeur Joëlle Micallef, directrice du Centre d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance – Addictovigilance (CEIP-Addictovigilance) PACA Corse, explique que : “sur plus d’une centaine de prélèvements effectués, aucune substance n’a été retrouvée, notamment ce fameux GHB dont on entend beaucoup parler, mais aussi d’autres substances qui ont été recherchées de façon exhaustive. Il n’y a aucune substance psychoactive ou autre qui n’a été retrouvée à ce jour.

L’enregistrement du concert de TF1, “La chanson de l’année” se déroulait plage du Mourillon :

Un homme a été mis en examen ce lundi dans le cadre de l’enquête sur ces piqûres nous a indiqué dimanche le parquet de Toulon.
Le suspect âgé de 20 ans, résidant à Toulon, a été mis en examen dimanche par un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire ouverte notamment pour “violences aggravées par arme (la seringue) et par la préméditation”.

Il a été placé en détention provisoire, a indiqué le procureur de Toulon Samuel Finielz.

Leave a Reply

Your email address will not be published.