Aux Sables-d’Olonne, un nouveau cadre réglementaire pour les concerts dans les bars

La mairie Yannick Moreau a entouré les représentants du collectif Sab'ouge.
Le maire Yannick Moreau et l’adjoint Michel Bauduin entourés de représentants du collectif Sab’ouge. ©JDS

« La fête est la bienvenue aux Sables-d’Olonne et elle est désormais interdite« , déclare le maire Yannick Moreau. Ces derniers mois ont été émaillés de conflits entre les bars-restaurants organisant des concerts et certains riverains mécontents. « Les commerçants avaient peur de faire des animations parce que la règle n’était pas claire », a constaté Yannick Moreau. Résultat, selon les membres du collectif « Sab’ouge aux Sables-d’Olonne », créé le 30 mars dernier, de nombreuses remarques du style : « Aux Sables-d’Olonne, ce n’est plus comme avant. Ça bouge moins ».

Un arrêté problématique découvert récemment…

Mais comment en était-on arrivé là ? Tout simplement à cause d’un arrêté préfectoral de 2013 qui interdisait les musiques amplifiées sur les terrasses, dans les cours des commerces… « Nous avons découvert cet arrêté l’année dernière, explique le maire. Au moment des premières tensions entre des bars et des riverains, nous sommes allés chercher des textes et nous avons exhumé cet arrêté. Toutes les animations qui étaient organisées depuis lors étaient donc contraires à la règley compris les animations municipales ».

Hors de question pour la Ville et pour les commerçants de faire perdurer cette situation. À l’automne 2021, le maire a donc saisi le préfet de l’époque (Benoît Brocard) afin d’entamer une discussion à laquelle s’est jointe le collectif Sab’ouge. Les échanges se sont ensuite poursuivis avec le nouveau préfet Gérard Gavory et un nouvel arrêté est entré en vigueur le 31 mai dernier.

« Un art de vivre qui doit être préservé »

« Le principe n’est plus le même », annonce le maire qui sera désormais en charge d’autoriser des dérogations aux commerçants qui fait une demande d’organisation de concert. « Cette nouvelle donne s’impose à nous tous. Avec les représentants des commerçants, nous avons souhaité concilier nécessaire tranquillité des habitants avec la toute aussi nécessaire animation de la ville. L’art de vivre à la sablaise avec ses animations doit être préservé mais doit aussi être contenu. Aux Sables, la vie doit être apaisée pour tout le monde, y compris ceux qui organisent des concerts ».

Concrètement, à partir du 1euh juillet, les commerçants qui souhaitent organiser un événement doivent en faire la demande (au minimum 14 jours avant) via un formulaire en lignee sur le site www.lessablesdolonne.fr rubrique services en ligne. Les demandes seront étudiées au cas par cas selon la fréquence, les autres événements dans le quartier, les horaires, etc. Si elle est acceptée, un arrêté sera pris par le maire et l’organisateur devra l’afficher sur le site au moins 24 heures avant le début des festivités.

Plus possible pour les riverains de se plaindre si le concert est autorisé

L’obtention de cette dérogation devient obligatoire pour organiser un événement bruyant sur la voie publique. Les polices municipales et nationales seront amenées à faire des contrôles. Si tout est respecté, les riverains mécontents ne pourraient plus se plaindre.

Le collectif Sab’ouge affiche sa satisfaction face à cette avancée. « Nous voulions un cadre clair pour réanimer notre ville, affirme Richard Raimbaud, président de l’association des commerçants du port de pêche. Ça peut-être un apéro-concert dans un bar, une animation musicale dans les marchés, un commerce qui fête son anniversaire et veut organiser un pot en musique devant sa vitrine… » Pour Alexandre Vanrentergeem, président de l’association des commerçants de port Olona, ​​« il était important de mettre fin à la problématique ambiante sur le bruit. La musique, d’ailleurs, n’est pas un bruit mais un son. Nous devons vivre intelligemment ensemble ».

Vidéos : en ce moment sur Actu

Moins de tolérance des riverains depuis les couvre-feux

Tous pointent du doigt la crise sanitaire qui a fait bouger les lignes de ce qui est normal. « Ce n’est pas parce qu’à 19 heures il n’y avait plus un bruit dans les rues que c’était quelque chose de normal, assène Franck, gérant du bar Copains comme cochons. Nous sommes là pour travailler. Nous sommes des acteurs économiques et sociaux de la ville ».

Cet arrêté est une « véritable réduction pour les mécènes« , assure Richard Raimbaud. Michel Bauduin, adjoint en charge de la sécurité et du domaine public, ajoute : « Il ne concerne pas que les bars mais tout le monde, notamment les campings dont certains posent problème« .

Une grande fête le 9 juillet

Cet été servira de test à ce nouveau fonctionnement. « Les choses seront certainement perfectibles, avance Yannick Moreau. Une commission débits de boissons sera créée après la saison« . Une initiative évoquée par les commerçants concernés.

Afin de célébrer toutes ces avancées, le collectif Sab’ouge annonce une grande journée festive le samedi 9 juillet de 11 heures à 21 heures aux quatre coins de la ville. Des concerts seront organisés un peu partout. « Une façon de mettre le pied à l’étrier en ce début de saison ».

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Journal des Sables dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Reply

Your email address will not be published.