Brahim Bouhlel condamné à la prison ferme au Maroc : Jamel Debbouze est-il intervenu auprès de la justice ?

Dans une récente interview accordée au Parisien, Jamel Debbouze revient sur l’affaire Brahim Bouhlel et sur sa relation avec la justice marocaine.

L’an dernier, le monde de l’humour a été ébranlé par une vidéo polémique, puis par une décision radicale de la part du Maroc. Le 21 avril 2021, l’humoriste français Brahim Bouhlel a en effet été condamné à 8 mois de prison ferme au Maroc suite à la diffusion d’une vidéo parodique qui a fait polémique.

Pour rappel, la fameuse vidéo avait été tournée en privé mais a été diffusée sur les réseaux sociaux. Sur celle-ci, on y voit Brahim Bouhlel et deux amis à lui en train de se filmer en compagnie de trois enfants marocains. Brahim et ses amis les ont, de façon parodique, insulté ainsi que leurs mères. La vidéo a très rapidement fait le tour des réseaux sociaux, provoquant une véritable indignation. Devant ces multiples réactions négatives, l’humoriste et l’acteur s’est platement excusé quelques jours plus tard. toutefois, la justice marocaine l’a condamné à purger 8 mois de prison ferme. Aujourd’hui, Brahim a été libéré.

Jamel Debbouze : “C’est un accident malheureux”

Récemment interviewé par Le Parisien pour la diffusion prochaine du Marrakech du rire, Jamel Debbouze a été interrogé au sujet de cette histoire. Bien qu’il n’ait pas cessé la question, l’humoriste n’a pas su trop quoi répondre, compte tenu de cette situation maladroite et complexe : “C’est disproportionné. Mais ça n’était pas qu’une mauvaise blague. Il y a eu atteinte à la vie privée d’enfants. La justice a condamné cet artiste, j’ai trouvé que c’était extrêmement dur, trop dur. Je ne suis pas juge, je regrette cette histoire qui m’a profondément touchée. Je ne vais pas juger la peine, je dis juste que c’est un accident malheureux.”

Lorsque le journaliste lui demande ensuite s’il avait essayé “d’intervenir pour l’aider”l’humoriste a répondu avec dérision : Comment voulez-vous que j’intervienne auprès de la justice ? Vous pensez que c’est une épicerie, le Maroc ou quoi.”avant de répondre plus précisément : “Moi, le Maroc m’a porté, c’est mon premier public, ce sont les associations marocaines qui sont venues me voir jouer à Nanterre, qui m’ont emmené en tournée, c’est la banque populaire marocaine qui m’a aidé à imprimer mes premiers tracts. Ce pays a été le premier à m’aider dans mon propre pays, en France. Ce festival, c’est une manière de lui dire merci.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.