Charlotte Valandrey est sortie du coma pour exprimer son vœu, ses dernières heures, sa dernière demande

Après un mois de coma, pour ses douleurs réduites, la comédienne a laissé échapper son dernier souffle. Elle laisse derrière elle ses proches, et tous les souvenirs d’une vie bien remplie, malgré la maladie.

La nouvelle greffe de cœur ne prend pas !

En 2005, Charlotte Valandrey publie un livre témoignage. L’amour dans le sang. Elle se révèle atteinte du VIH depuis 1986. Quand elle apprend sa séropositivité, elle n’a pas encore 18 ans. Elle prévient ses proches, mais la loi du le silence prend le dessus. Elle ne doit rien dire. L’actrice vit en bonne santé pendentif dix ans. Elle est suivie par les médecins, la maladie semble dormir, elle profite de la vie. Mais après une décennie, elle doit commencer à suivre le traitement de trithérapie. Ce dernier abîme son cœur, qui se nécrose. Elle est victime de deux infarctus et ne possède plus que 10 % de ses capacités respiratoires. Elle doit impérativement recevoir une greffe de cœur.

C’est après sa greffe qu’elle décide de sortir son livre, pour tout révéler. A l’époque, les associations saluent sa décision. Dans le milieu de la télévision et du cinéma, cette nouvelle ne fait pas réagir. Comme si la maladie de la comédienne était encore un tabou. Comme si elle n’aurait jamais dû la révéler.

Mais elle le disait elle-même, sur le plateau de Ça commence aujourd’hui : elle n’avait rien à perdre. Et les rumeurs circulaient déjà depuis des années. Alors autant rendre officielle sa maladie et se libérer d’un secret.

Charlotte se réveille avant de mourir

La comédienne doit subir une nouvelle greffe de cœur. C’est sa seule option pour continuer à vivre. « Mais cette nouvelle greffe n’a pas pris« , explique sa famille dans un long communiqué. Après l’opération, Charlotte Valandrey est plongée dans un coma artificiel. Les médecins font ce choix-là pour limiter ses douleurs, et réduire le risque de complications. Mais il y a quelques jours, après un mois endormie, elle se réveille et se révèle être épuisée. Elle doit vouloir rejoindre sa mère au ciel. Anne-Marie l’attend, là-haut.

” UNun dernier combat d’un mois près où les heures ont duré des siècles, où pour s’exprimer, Charlotte a cligné des yeux et écrit quelques mots sur une ardoise, elle s’est endormie dans un sourire en tenant la main de son père Jean-Pierre, de sa fille Tara et de sa sœur Aude… »

Charlotte Valandrey n’a jamais été invitée au Sidaction

Cela ne vous a peut-être pas échappé. Chaque année, une grande soirée est organisée pour récolteur de fonds pour la recherche contre cette terrible maladie qui a fait des millions de morts. Les progrès de la médecine sont conséquents, les traitements sont moins invasifs et plus efficaces. Mais la maladie existe encore. Line Renaud s’impose comme porte-parole de ce mouvement, qui existe grâce à elle.

« Sans Line, Sidaction n’existerait pas et nombre de programmes de recherche n’auraient pas pu se faireprécise Françoise Barré-Sinoussi, présidente du Sidaction, prix Nobel pour la découverte du VIH. Elle s’est engagée dans un combat pour la vie qui correspond à sa personnalité pleine d’humanité et de généreuse, elle a vu ce que subissaient les malades dans les années 1980. Pour elle qui ne supportait pas les injustices, c’était naturel de s’engager. »

Pourtant, cela semble moins naturel d’inviter Charlotte Valandrey, qui aurait pourtant bien méritée sa place durant la soirée. Elle s’en désole et met les choses au clair face à Jordan de Luxe. Ce n’est pas elle qui refuse de venir. Elle n’a tout simplement jamais été invitée. Elle ne sait pas pourquoi, le regret, et considère que cela n’est pas un oubli, mais un choix. « J’ai un discours, je sais de quoi je parle. Mais je n’ai pas d’explication. Je n’ai jamais été invitée (…) Je pense qu’il y a pas mal de personnes qui se demandaient pourquoi j’y étais pas. Ils se disaient « elle ne doit pas avoir envie ». Non, c’est pas une question d’envie ou pas. C’est trop tard maintenant« .

Leave a Reply

Your email address will not be published.