“Elle m’a fait perdre mon sourire et ma joie de vivre”

ENTRETIEN – Le mandataire immobilier de 40 ans habitant à Hyères dans le Var a mis un terme, d’un commun accord, à son mariage avec la maman de la petite Lina. Après une rencontre prometteuse à Gibraltar, le couple a rapidement été fragilisé par les incompréhensions et les disputes.

Téléspectateur assidu de « Mariés au premier regard » sur M6, Frédérick a pris part à la sixième saison avec l’espoir de refaire sa vie et d’entamer une histoire d’amour durable. Papa d’une fille de 14 ans, le Varois a rencontré et s’est marié avec Émilie, négociatrice en immobilier de 36 ans habitant du côté de Paris et jeune maman d’une petite Lina née début 2021. Une histoire qui, sous le soleil de Gibraltar, avait bien commencé mais qui a malheureusement pris fin après un voyage de noces nuageux à Prague et un retour en France des plus orageux. «Émilie n’était pas dans les meilleures conditions pour traiter cette aventurenous at-il nommé. Elle était à fleur de peau, impulsive, excessive et parfois même irrationnelle. Elle est centrée sur elle-même, elle veut attirer l’attention en donnant l’impression de porter le poids du monde sur ses épaules. Elle passe son temps à se plaindre, jamais rien ne va…» Et de lui conserver de “trouver une personne à la hauteur de ses attentes”.

» LIRE AUSSI – “Les images et les phrases choisies pour la diffusion sont trompeuses”: l’agacement de Bruno de “Mariés au premier regard”


LE FIGARO. – À quoi ressemblait votre passé sentimental avant d’aborder l’expérience de « Mariés au premier regard », pourquoi vivez-vous éloigné de votre fille ?
Frédérick. –
Je n’ai eu que de longues et belles relations entrecoupées de périodes où j’avais besoin de me retrouver. J’étais resté cinq ans avec la maman de ma fille et nous étions séparés alors qu’Ambre avait à peine un an. Avant, j’habitais à côté de l’institut de Draveil où elle avait sa chambre et, jusqu’à ses 11 ans, j’ai pu aller la voir trois fois par semaine (Ambre souffre d’une maladie neurologique appelée le syndrome de Ouest, sdlr). Malheureusement, sa maman est partie vivre en Suisse sans me consulter et cela va faire quatre ans que je subis cette situation. Je vais voir Ambre une fois par mois…

Quelles ont été vos premières impressions en découvrant Émilie et son bébé à Gibraltar ?
Je remarque de suite son très beau regard, elle était très belle dans sa robe de mariée. Je l’ai trouvé très douce dans sa manière de m’adresser à la parole. En apprenant qu’elle était maman de la petite Lina et en découvrant son histoire, je me suis dit qu’elle allait comprendre ma situation avec ma propre fille. Nous avons vite cerné nos points communs dans les premiers instants et notre rapprochement a été naturel.

Tout s’est bien passé entre vous jusqu’à ce dernier soir du voyage de noces à Prague, comment une simple plaisanterie a pu devenir le point de départ d’une grosse dispute ?
Je ne sais pas… Tout était mis en œuvre pour que ça se passe bien et que nous vivions transformé notre histoire d’amour. Nous étions mariés mais nous ne nous connaissions pas, nous étions au stade de la découverte du caractère de l’autre. Dans cette expérience, je savais que je connaissais une femme sincère mais je pouvais tout aussi bien être confronté à une femme qui cherche juste à faire le buzz pour rebondir par la suite. Donc j’étais méfiant et observateur. Avec ma fille, j’ai l’habitude de décodeur le langage non verbal et j’ai une bonne lecture des comportements humains. Avec Émilie, j’avais des doutes et j’en avais imaginé hors caméra avec elle. Lorsque je lui ai fait ma blague, elle a retourné ces doutes contre moi en se demandant si je faisais cette plaisanterie pour le buzz. Ça m’a bloqué. Quand elle a compris que je n’accepte pas sa remarque, elle s’est énervée et a voulu tout arrêter. J’ai pris mes chaussures et je suis parti faire un tour pendant une heure et demi.

« Les équipes de tournage étaient en larmes après nous avoir écoutés »

Frédérick de « Mariés au premier regard »


Dès le lendemain, la situation semble s’être apaisée après votre discussion du petit-déjeuner…

Nous avons parlé pendant deux heures, nous nous sommes beaucoup appelés l’un à l’autre et nous étions tellement dans notre bulle que nous n’avions même plus conscience de la présence des caméras autour de nous. Les équipes de tournage étaient en larmes après nous avoir écoutés. J’avais envie que l’on avance ensemble et je lui ai présenté mes excuses.

Une fois en France, comment avez-vous vécu l’éloignement, Émilie étant à Paris et vous dans le Sud dans le Var ?
Ce n’était pas un problème, j’avais déjà vécu une relation à distance. L’important était d’entretenir un minimum notre communication chaque jour en se disant bonjour le matin et en se racontant notre journée le soir. C’est vrai que de ne pas avoir de nouvelles de son épouse pendant ne serait-ce qu’un jour me dérange. Avant même de me rencontrer, Émilie avait demandé de venir s’installer dans le Sud de la France donc nous avions cette possibilité de nous rapprocher. Cela se profilait.

Quelques souvenirs gardez-vous de quelques jours passés à Paris chez Émilie ?
Elle m’a très bien accueillie et intégrée à cette vie à trois avec Lina. J’ai découvert son quotidien de jeune maman et j’ai partagé avec elle ma propre expérience de père. Émilie est une maman très protectrice avec sa fille qui avait 7-8 mois à ce moment-là, elle avait tendance à vouloir systématiquement aller dans sa chambre lorsqu’elle pleurait et je lui conseillais de ne pas intervenir à chaque fois pour ne pas lui donner de mauvaises habitudes. J’étais passé par là avec Ambre et je suggérais à Émilie de lâcher prise parfois. Chaque nuit, j’étais à ses côtés et je m’impliquais pour m’occuper de Lina. Et j’ai adoré.

Malheureusement, une fois de retour chez vous, de nouvelles disputes vont éclater entre vous…
Un soir, j’attendais de ses nouvelles parce qu’elle rentrait tard et je me suis inquiété. En l’appelant, elle m’a répondu avec la voix de quelqu’un qui s’était endormi et elle s’est braquée en me disant qu’elle n’avait de comptes à rendre à personne. Et s’il y a bien une chose que je déteste, c’est qu’on me raccroche au nez, je l’interprète comme un refus de communication.

« Avoir un fort caractère ne justifie pas les différences de langage »

Frédérick de « Mariés au premier regard »


Aviez-vous espoir que votre rendez-vous chez Estelle Dossin résolve vos problèmes de couple ?

Non car Émilie m’avait ouvertement manqué de respect et quelque chose s’était brisé en moi. Il y avait eu des mots en off. Avoir un fort caractère ne justifie pas les écarts de langage. Nous devions tourner un vendredi mais la petite Lina avait dû aller aux urgences la veille. J’avais immédiatement pris l’avion pour les rejoindre et gentiment informé la production, qu’étant donné la situation, nous préférions annuler la journée de tournage. En faisant écouter les notes vocales de mes échanges à Émilie, elle a commencé à me dire que je faisais l’agneau, que je n’étais pas un homme et que je n’avais pas de couilles parce qu’elle a trouvé que j’ avait manqué de fermeté avec la production. Parce qu’elle, dans la journée, avait également contacté les équipes de tournage pour demander la même chose mais avec davantage d’agressivité.

Quel a été le point de non-retour ?
Ce sont d’abord ces éclats de colères répétés qui sont de véritables feux d’artifice. Ensuite, elle m’a répétée à plusieurs reprises que Lina n’était pas ma fille et que je n’avais donc rien à lui dire. C’est tout le contraire de ce qu’elle me disait à Prague et c’était inacceptable d’entendre ça. Enfin, elle a eu sa mère au téléphone et lui a dit devant moi que je n’étais pas un homme, que je n’avais pas de couilles, que j’étais un manipulateur, que je faisais l’agneau avec la production… La famille d’Emilie est exceptionnelle, je les ai tous adorés, ce sont des gens en or. C’était inadmissible de l’entendre parler ainsi de moi à sa mère. J’ai pris mes affaires et je suis parti.

Vous vous êtes retrouvés à Hyères pour annoncer mutuellement votre souhait de divorcer…
Cela faisait une semaine que nous ne nous étions plus parlé. Je me sentais comme le jour de notre mariage à Gibraltar, j’avais encore ce petit espoir de recommencer de zéro. Mais j’ai compris rapidement qu’elle n’était pas là pour réparer les choses. Elle voulait partir avec les honneurs. Quand je lui ai parlé de son manque de respect, de ces propos tenus devant moi et auprès de sa mère, elle m’a répondu : « Mais de quoi parle-tu Fred ? Pourquoi mens-tu?». De là, je me suis levé, j’ai dit à la production que ce n’était plus possible, j’ai supprimé mon alliance, je l’ai posé sur la table et je m’apprêtais à partir lorsqu’elle m’ une nouvelle insultée. Elle m’a dit devant les caméras que j’étais un gros con et que je devais avoir honte… J’étais écœuré. Emilie m’a fait perdre mon sourire et ma joie de vivre.

À VOIR AUSSI – Le Buzz TV Magazine avec Emilie, candidate de «Mariés au Premier Regard»

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.