Emmenés par MC Solaar, des musiciens français ont vécu « leur rêve américain » à New York

Hyphen Hyphen et le trio électro Bon Entendeur ont accompagné le rappeur lors d’un concert gratuit à Central Park donné pour célébrer les quarante ans de la Fête de la musique.

En concert à New York, le rapeur MC Solar se envoyé comme en «pèlerinage” un “La Mecque», les rockeurs de Trait d’union Trait d’union vivent leur «rêver» américain et le trio électro Bon Entendeur est tout simplement «ravi» : ces artistes français ont désigné mardi les quarante ans de la Fête de la musique à Central Park.

La star du rap français, Claude M’Barali à la ville, costume bleu, casquette et baskets, entouré du bel ensemble de choristes, cuivres, cordes et batterie New Big Band Project, a ravi un millier de fans qui ont dansé sous la pluie , lors d’un concert gratuit organisé par les associations « FranceRocks Summer Fest » et le French Institute Alliance Française, à Central Park, l’immense poumon vert de Manhattan. «C’est inouï, c’est fantastique, c’est la terre racine de mon genre musical», s’est réjoui MC Solaar dans une interview à l’AFP avant de monter sur scène pour cette déclinaison new-yorkaise créée en 2017 de la Fête de la musique française née en 1982 et qui s’est exportée dans une centaine de pays . «New York, on appelle ça La Mecque ; Harlem c’est Médine et puis Brooklyn c’est La Mecque», un murmuré en souriant l’artiste et poète français né en 1969 à Dakar de parents tchadiens et devenu en 30 ans une icône de la musique et de la chanson et le précurseur du rap en France.

Pour ce compositeur adulé pour ses textes littéraires recherchés, ses jeux de mots et ses influences musicales groove et jazz, la mégapole new-yorkaise, incroyable mosaïque culturelle de neuf millions d’âmes, demeure «l’endroit des origines» de son art. Auto “à chaque fois que je rencontre un artiste américain ou que j’ai la chance de traverser l’Atlantique, c’est comme si je faisais un pèlerinage», nommé l’auteur de Qui sème le vent récolte le temposon premier album triomphal en 1991 qui, trente ans après, a encore réchauffé Central Park mardi soir.

MC Solaar se défend pour autant de «faire du rap américain». «On a réussi à développer une spécificité française», a expliqué celui qui s’est construit une renommée aux États-Unis en collaborateur avec le rappeur américain décédé en 2010 Keith Edward Elam, alias «Gourou» du duo Gang Starr.

Sons et lumières de New York

Attiré aussi par les sons et lumières de New York, le jeune trio niçois de pop rock électronique survitaminé Hyphen Hyphen confie à l’AFP avoir «toujours rêvé de jouer en Amérique». Formé à la sortie du lycée en 2011, Hyphen Hyphen chante en anglais, langue «universel», et s’est déjà taillé une renommée internationale. «On a baigné dans cette culture de la musique américaine (…) on a toujours regardé dans ce sens-là», assurent Samanta Cotta, Laura Christin et Romain Adamo, citant l’influence des groupes de rock britannique et américain Supertramp, Fleetwood Mac et Talking Heads. Pour leur dernier album, ils ont écrit deux titres avec le producteur américain Glen Ballard, détenteur de six Grammy Awards, qui a joué avec eux à Central Park et loue leur «énergie» et leur «sérieux». Les membres du groupe électro de mixtapes Bon Entendeur, originaires d’Aix-en-Provence dans le sud-est de la France, Pierre Della Monica, Arnaud Bonet et Nicolas Boisseleau sont tout aussi «ravis» de leur toute première prestation à New York, «un symbole dans le monde entier.»

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.