Été culturel | Six expos à ne pas manquer

Cet été, un axe Ottawa-Montréal-Québec s’impose à l’amateur d’arts visuels avec six expositions incontournables. De Yayoi Kusama à Frida Kahlo en passant par Stanley Février, General Idea, Mika Rottenberg et les artistes américains des XXe et XXIe siècles, le parcours sera riche en découvertes et en sensations.

Publié à 12h00

Éric Clément

Éric Clément
La Presse

Yayoi Kusama à Phi


PHOTO YUSUKE MIYAZAKI, FOURNIE PAR PHI

Yayoi Kusama

Dans le cadre de son 15e anniversaire, la Fondation Phi présentera, du 6 juillet au 15 janvier, une exposition d’œuvres de l’artiste japonaise Yayoi Kusama, un évènement retenant qui comprendra deux Chambres en miroir à l’infini, ses installations lumineuses et immersives fascinantes constituées de miroirs, qui sont sa signature. Le parcours de l’expo comprendra des sculptures de sa série de citrouilles en bronze (Citrouilles). Ainsi que huit peintures de son corpus Mon âme éternelle. Compte tenu de la popularité de l’artiste de 93 ans, les visiteurs qui souhaitent vivre l’expérience de sa créativité et, notamment, de ses illusions d’espace infini devront réserver leur billet gratuit, dès la mi-juin, sur le site de la Fondation. Au total, la visite prendra environ trois heures.

À partir du 6 juillet

Stanley Février au MBAM


PHOTO JEAN-GUY TURGEON, FOURNIE PAR LE MBAM

Avoir hâte de2021, CODE BLANC : My-Van Dam, Stanley Février, Maryam Izadifard

Outre la somptueuse expo de Nicolas Party et celle d’Adam Pendleton, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) donne de la visibilité cet été à l’artiste québécois d’origine haïtienne Stanley Février. Comme c’est aussi le cas, jusqu’au 16 octobre, au Musée national des beaux-arts du Québec. À partir du 15 juin, l’artiste de 45 ans se déploiera au MBAM son propre Musée d’art actuel/Département des invisibles (MAADI), un coup de patte artistique pour mettre en lumière le manque d’attention des institutions d’art québécoises à l’égard des artistes racisés. Une réalité qui tend à s’atténuer, comme l’illustre MAADI, œuvre conceptuelle et performative qui inclut des créations d’artistes marginalisés. Un « musée nomade », dit Stanley Février, qui vise à « contribuer au partage du pouvoir dans les institutions artistiques afin de démocratiser leur gouvernance et de décoloniser les récits historiques de l’art ». Infos : mbam.qc.ca.

À partir du 15 juin

Idée générale à Ottawa


PHOTO FOURNIE PAR LE MBAC

Autoportrait avec objets [Self-portrait with Objects], 1981-1982, General Idea, montage, épreuve à la gélatine argentique, 35,6 cm x 27,7 cm. Collection Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa.

Évènement à Ottawa, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) présente la rétrospective la plus complète jamais produite sur le collectif canadien General Idea, fondée à Toronto en 1969 par AA Bronson, Felix Partz et Jorge Zontal. L’expo développera 200 œuvres. Installations, peintures, dessins, vidéos, sculptures, publications et documents d’archives qui évoqueront le rôle important joué par le très anticonformiste General Idea dans le développement de l’art et du militantisme au Canada, aux États-Unis, mais aussi en Europe durant 25 ans, soit jusqu’à la mort de Partz et Zontal en 1994. Connu pour son engagement dans le mouvement punk, la théorie queer et le militantisme contre le sida, General Idea avait adopté une posture critique sur la culture de consommation et les sociales, examinant les inégalités des médias de masse, l’économie de l’art, l’identité queer et la crise du sida.

À partir du 3 juin

Amérique. Entre rêves et réalitésau MNBAQ


PHOTO TEX ANDREWS, MUSÉE HIRSHHORN, FOURNIE PAR LE MNBAQ

Scène de plage, vers 1968, Malcolm Morley, acrylique sur toile, 279,4 cm x 228,2 cm. Collection Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution.

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) présentera à Québec l’exposition Amérique. Entre rêves et réalités, un siècle d’art américain, avec une centaine d’œuvres qui illustreront l’évolution des arts visuels chez nos voisins du Sud. Les peintures, sculptures, vidéos et photographies présentées de la collection du musée Hirshhorn de Washington. Elles sont signées par des artistes tels qu’Andy Warhol, Jackson Pollock, Willem de Kooning, Mark Rothko, Edward Hopper, Malcolm Morley, Louise Bourgeois ou encore Arthur Jafa. L’exposition évoquera l’impact de l’histoire sociale et culturelle sur la création artistique aux États-Unis.

À partir du 9 juin

Mika Rottenberg au MAC – Place Ville Marie


PHOTO FOURNIE PAR LE MAC

Chaîne de blocs spaghettis (arrêt sur image), 2019, Mika Rottenberg. Installation vidéo, fils, couleur. 18 min 14 s. Avec l’aimable permission de l’artiste et Hauser & Wirth.

Conçue en collaboration avec le Museum of Contemporary Art de Toronto, où elle a été présentée en 2021, l’exposition immersive de l’artiste argentin Mika Rottenberg a été montée dans les locaux temporaires du Musée d’art contemporain de Montréal, Place Ville Marie , qu’il occupe jusqu’au 8 octobre. Il s’agit de vidéos, d’installations et de sculptures, notamment les installations vidéo Aucun nez ne sait (2015), Générateur cosmique (2017) et Chaîne de blocs spaghettis (2019). Dans son travail, Mika Rottenberg crée des rapports inusités entre corps et machines afin de scruter les réalités capitalistes dominées par la production, la distribution et la consommation effrénée. Elle décrit son travail comme un « surréalisme social ».

Jusqu’au 8 octobre

Frida Kahlo à Arsenal


PHOTO FOURNIE PAR LA FRIDA KAHLO CORPORATION

Vue de l’exposition immersive

En première nord-américaine, Arsenal propose l’exposition immersive Frida Kahlo, la vie d’une icône, présenté comme un voyage dans la vie de la célèbre artiste mexicaine. Il n’y aura pas de reproductions d’œuvres de Frida Kahlo (1907-1954), mais « un assortiment de photos d’archives, de films originaux, d’environnements numériques, d’installations artistiques, de pièces de collection et de de nouvelles pièces musicales qui reconstituent les moments les plus importants de la vie de l’artiste, permettant ainsi aux visiteurs de découvrir l’histoire incroyable à la source du mythe ». L’expo sera présentée sur sept espaces avec des projections sur 360 degrés et une expérience de réalité virtuelle.

Du 10 juin au 24 juillet

Leave a Reply

Your email address will not be published.