Exclusif : le chanteur Manu Chao donne un concert surprise le 19 juin prochain au Rockstore à Montpellier !

Cinq ans après son dernier passage sur les plus grandes scènes de la région, le chanteur alter-mondialiste et ancien leader de la Mano Negra, Manu Chao, fait son retour en France dans des salles de (relative) petite taille. Pour Montpellier, c’est le Rockstore qu’il a choisi, et c’est demain, ou tout comme : le 19 juin. Réservation obligatoire à partir de jeudi !

“Tú me estás dando mala vida”. Pour toute une génération, la naissance du phénomène se situe quelque part entre le riff liminaire de guitare sèche, les premiers roulements de la batterie, les contrepoints du clavier, le cri introductif des cuivres et cette phrase du premier couplet. En vingt petites secondes, Manu Chao faisait effraction en 1988 dans le crâne saturé d’hormones de milliers de gamins, qui explosait, le crâne et le morceau : Mala viele premier 45-tours de Mano Negra, le groupe du lutin José Manuel Tomás Arturo Chao Ortega, alias Manu Chao, qui, à la fin des années 80, permit de croire à la France mittérandienne qu’elle contient sa version latina des Clash , rock, punk, alternatif, tiers-mondiste…

Mais pour le plus grand public, c’est dix ans plus tard, avec sa deuxième incarnation (la troisième, pour les plus attentifs à l’underground, si l’on se souvient des Hot Pants, d’avant la Mano), que le chanteur est devenu une star alter-mondiale : en 1998, Manu Chao publie son premier album solo Clandestin qui s’écoule à plusieurs millions d’exemplaires à travers le monde.

D’inspiration sud-américaine et caribéenne, le style est chaloupé, décontracté, dépouillé, porté par une instrumentation acoustique (charango, guitare sèche, claviers, cuivres) et ouvragé de petits gimmicks électroniques. Pour la petite histoire, c’est un “bug” informatique qui a débarrassé l’enregistrement de ses arrangements techno prévus initialement !

Manu Chao a trouvé la formule magique, qu’il n’a que très peu fait évalué depuis ; ce que quelques esprits grincheux ne se sont pas privés de lui reprocher. Lui s’en fout, qui continue son bonhomme de chemin buissonnier, sans jamais manquer d’en profiter pour planter sur le bord de sa route des graines de pensée anticapitaliste, écologique, alter-mondialiste… Personne n’a oublié dans la région qu’il était la tête d’affiche du plus grand rassemblement du genre sur le Larzac en août 2003, devant largement plus de 200 000 personnes.

La dernière fois qu’il était venu dans la région, c’était dans les conditions qui sont restées les siennes depuis son triomphe en solo (raillé par l’ami Didier Wampas dans sa fameuse chanson Manu Chao) : aux Déferlantes et au Festival de Nîmes, chaque fois devant plus de 10 000 personnes, en 2017. Mais l’artiste domicilié à Barcelone ne fait toujours rien comme les autres, et pour son grand retour en France, il a choisi cette fois de privilégier les salles à taille humaine. Les plus vigilents (et les plus rapides) ont ainsi déjà pu le voir le 21 avril dernier à Rodez, au Club (300 places !), ainsi qu’à Servian, à La Parenthèse (1 200 places).

Cette fois, c’est au Rockstore (800 places) qu’il a choisi de se produire le 19 juin prochain ! La dernière fois qu’il a foulé les planches de l’antre culte de la rue de Verdun, à Montpellier, c’était avec Mano Negra, les 13 et 14 décembre 1989, et ça avait été chaud bouillant, voire pas mal cramé ! Cette fois, la star sera en trio acoustique, et si l’on ne sait pas quel répertoire il va privilégier, son affiche reprend le titre et un peu du visuel de La Sibérie m’était conté, son album ludique, presque enfantin de 2004. A voir… Précisément, il ne va pas falloir tarder pour réserver : ses dates précédentes se sont arrachées ! Même sans actualité discographique, Manu Chao est très réclamé, limite une “valeur refuge” en ces temps désorientés ! Bref, la billetterie ouvre ce jeudi 26 mai à 11 h sur le site Seetickets, préparez-vous à pogoter velu et sévère pour hacher votre sésame. Ben, oui, on en a pas assez de lui !

Leave a Reply

Your email address will not be published.