Jacques Villeglé, l’artiste aux affiches lacérées, est mort


Jacques Villeglé, décédé à l’âge de 96 ans, a toute sa vie arraché des murs les affiches déjà lacérées par des mains anonymes ou abîmées par les intempéries, pour compositeur d’immenses tableaux colorés. Considéré par les street-artistes contemporains comme le « grand-père » de l’art urbain, l’artiste français disait vouloir faire « entrer la rue dans les musées ». Cette œuvre inédite et joyeuse de toute une vie mardi avait été consacrée en 2008 par une grande rétrospective au Centre Pompidou, qui a annoncé son décès le 7 juin.

Membre fondateur du groupe des Nouveaux Réalistes en 1960, avec Arman et Yves Klein notamment, Jacques Villeglé, de son vrai nom Jacques Mahé de La Villeglé, est né le 27 mars 1926 à Quimper et a illustré aux Beaux-Arts de Rennes puis de Nantes . « Les affiches m’ont tout de suite intéressé. J’ai compris qu’avec elles, on verrait l’évolution du monde, les mots changer, de nouvelles couleurs », avait-il expliqué à l’Agence France-Presse à l’occasion de sa rétrospective parisienne.

Parmi les Nouveaux Réalistes, le plasticien suisse Jean Tinguely fait à l’époque une « machine à peindre » avec des matériaux de récupération, Yves Klein lance « la révolution bleue » en mettant de la poudre bleue – « la moins chère », dira Villeglé – sur des toiles. « L’affiche « Carrefour Sèvres Montparnasse » (réalisée pour la Biennale de Paris en 1961 et considérée comme la plus ambitieuse de ses affiches lacérées, NDLR), je l’ai ramassée par terre », racontait-il en 2008.

À LIRE AUSSILes bijoux de Paris – Objets d’art

Un précurseur du pop art

« Avec un ami, on a pris trois taxis pour l’amener directement sur le lieu d’exposition. Dans les années 1960, on disait qu’il fallait amener le musée dans la rue. Moi, je disais que c’est la rue qui doit entrer dans les musées, qui sont un peu des cimetières. En Amérique, je suis considéré comme un précurseur du pop art avec Jasper Johns. Je suis sûr que c’est à cause de cette affiche-là », poursuivait-il. C’est avec son ami le plasticien photographe Raymond Hains, mort en 2005, qu’il décolle sa première affiche, en 1949 à Paris.

À LIRE AUSSICollectionneurs insatiables !

Très réputés d’abord par les jeux de lettres, qui lui rappellent le cubisme, l’artiste se détermine ensuite en fonction de son humeur, produit un ensemble de formes, ou de couleurs, d’associations plus ou moins incongrues. Il décolle ensuite entièrement la superposition d’affiches et colle le tout sur une toile, « s’appropriant le geste créateur des autres », selon Sophie Duplaix, conservatrice en chef des collections contemporaines au Centre Pompidou.

Pour lui, ajoute-t-elle, il s’agit de « se reposer sur cette création faite par autrui, une attitude très novatrice à laquelle il s’est tenu toute sa vie », contrairement à des compagnons de route tels que Hains ou Mimmo Rotelle. Quelquefois, « je cadre comme un photographe cadre ses photos » mais « il n’y a pas d’intervention sur l’affiche », confiait l’artiste. « Chez les Nouveaux Réalistes, j’étais considéré comme un paresseux, à l’inverse de Jean Tinguely, qui travaillait, travaillait… ».

À LIRE AUSSIArt contemporain : Yeanzi, variations autour du portrait

Un « âge d’or » dans les années 1980

Totalement abstraites, ses œuvres où éclatent le jaune, le rouge et le bleu, le noir et l’ocre sont parfois plus pâles et comme floutées par la succession de canapés de papier détrempées par la pluie. Des morceaux d’affiches publicitaires se télescopent avec des slogans ou des photographies d’hommes politiques, dont l’image a été détournée par des anonymes.

La fin des années 1980 a été pour Villeglé un « âge d’or », car il y avait « beaucoup d’affichage sauvage », racontait-il. Le soir de l’élection présidentielle en avril 1988, « J’ai pris un camion, cinq types et nous sommes allés faire un tour. En une heure, j’ai fait toute une exposition », s’amuse-il.

L’artiste a poursuivi son œuvre à base d’affiches lacérées jusqu’en 2003, lorsqu’elles se font plus rares sur les murs. Il a aussi créé dans les années 70 des « graphismes sociopolitiques », écriture anonyme collée sur les murs du métro, rêvant de créer un alphabet qu’il mettait en valeur par la typographie.


Leave a Reply

Your email address will not be published.