Judith Chemla, victime de violences conjugales, se confie

Le 4 juillet, Judith Chemla a publié des images de son visage tuméfié, révélant avoir été victime de violences conjugales.

Judith Chemla a décidé de prendre la parole. Le 4 juillet, l’actrice de 37 ans a publié sur Instagram des images de son visage tuméfié, révélant avoir été victime de violences conjugales et accusant son ex-compagnon de continuer ses menaces. « Il y a un an mon visage a été blessé, du bleu, du violet sous mon œil, je me suis vue déformée. Il ya un an j’ai regardé mon visage dans la glace et j’ai su que je ne pourrai plus me voiler la face. Le père de ma fille. Ceux qui sont capables de faire ça il faut qu’ils soient hors d’état de nuire», at-elle d’abord écrit.

« Je n’ai pas honte de cette photo. Mais lui devrait avoir honte, il devrait avoir honte aujourd’hui, un an après, au lieu de continuer à faire pression sur moi, de penser qu’il a encore les moyens de me manipuler, au lieu de pourrir la tête de mon enfant il devrait avoir honte et se faire discret, rechercher vraiment à être pardonné. Ce n’est pas le cas. J’ai tant de preuves qu’il continue d’essayer de me nuire», a poursuivi l’ancien pensionnaire de la Comédie-Française, qui se dit «à bout».

La suite après cette publicité

“Il faut porter plainte parce qu’après, c’est le féminicide”

Elle a ajouté : «Retourner au commissariat une 3e fois ? Déposer une 3e plainte en 1 an ? Être dans le milieu du cinéma, et avoir l’épée de Damoclès de 8 mois de prison avec sursis… ça ne suffit pas ? Que faut-il pour qu’il me laisse tranquille ? Aller vraiment en prison ? Il jouera encore à la victime auprès de ma fille et elle souffrira de ne pas voir son père. Que je garde ça pour moi ? Il se sentira encore au-dessus des lois jugées de se plaindre et de contester les décisions de justice auprès de sa fille de 5 ans qu’il voit pourtant comme un père normal qu’il n’est pourtant pas».

La suite après cette publicité

Celui qu’elle accuse, sans jamais le nommer, c’est Yohan Manca. Le 12 mai dernier, selon des informations de Franceinfo , le comédien et réalisateur a été condamné à 8 mois de prison avec sursis pour violences conjugales à l’égard de Judith Chemla. « Je n’en peux plus. J’exige d’avoir la paix. C’est plus clair comme ça ?», at-elle conclu sur le réseau social.

La trentenaire a reçu une avalanche de commentaires. “Nos échanges dans ce train m’ont bouleversée. Tu es fort. Bravo pour ton courage», un écrit de Camille Lellouche, qui avait elle aussi raconté les sévices subis par son ex-compagnon . « Je t’aime ma poupée. Ma courageuse», un commentaire Géraldine Nakache . «Avec toi Judith», a publié Manu Payet. Benjamin Siksou, Juliette Armanet, Reda Kateb et Leïla Kaddour-Boudadi ont eux aussi exprimé leur soutien.

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

Invitée au micro de Franceinter ce mercredi 6 juillet, Judith Chemla est revenue sur sa dernière publication Instagram. «Je n’ai pas du tout prémédité cette prise de parole, je n’ai jamais imaginé montrer ces photos», at-elle nommée à Léa Salamé. Elle a ensuite raconté avoir fait preuve de patience avec celui qui a partagé sa vie pendant cinq ans : « Je voulais lui laisser une chance en tant que père, en tant qu’homme, en tant qu’artiste. Il a bousillé ces chances les unes après les autres ». Emue aux larmes, l’actrice a ajouté que des policiers lui ont conseillé de porter plainte : “Madame, il faut porter plainte parce qu’après, c’est le féminicide”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.