La justice donne raison à Maurizio Cattelan face à Daniel Druet

L'artiste italien Maurizio Cattelan devant son œuvre « Untitled » (2001) lors de l'inauguration de l'exposition « Not Afraid of Love » à l'Hôtel de la Monnaie à Paris, le 17 octobre 2016.

Le jugement en délibéré dans l’affaire de violation des droits d’auteur opposant les artistes Daniel Druet et Maurizio Cattelan a été rendu vendredi 8 juillet dans l’après-midi.

Les juges composant la 3e chambre-4e La section du tribunal judiciaire de Paris a dû trancher un litige inédit dans le champ de l’art contemporain : qui était l’auteur de huit œuvres imaginées par un artiste conceptuel, mais façonnées en cire, pour ce qui est des personnages, par un sculpteur. Les magistrats ont jugé l’irrecevabilité de l’action intentionnée par Daniel Druet. Le sculpteur français revendiquait la paternité exclusive de ces sculptures réalisées à la demande de Maurizio Cattelan et de sa galerie parisienne entre 1999 et 2006, sans prendre en compte la démarche artistique de Maurizio Cattelan dans sa globalité ni ses interventions artistiques multiples dans des contextes variés qui ont fait sa renommée, au-delà de ces huit pièces.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le sculpteur de Maurizio Cattelan se rebiffe contre l’artiste-star

L’audience de ce procès s’était tenue le 13 mai à Paris, suscitant de nombreux débats et tribunes sur l’essence de l’art conceptuel. Les magistrats ont statué ce vendredi qu’« il n’est […] pas contesté que les directives précises de mise en scène des effigies de cire dans une configuration spécifique, tenant notamment à leur positionnement au sein des espaces d’exposition visant à jouer sur les émotions du public (surprise, empathie, amusement, répulsion, etc. ), n’ont émané que de [Maurizio Cattelan] seul, Daniel Druet n’étant nullement en mesure − ni du reste ne cherchant à le faire − de s’arroger la moindre participation aux choix relatifs au dispositif scénique de mise en situation des dites effigies (choix du bâtiment et de la dimension des pièces accueillant tel personnage, direction du regard, éclairage, voire destruction d’une verrière ou d’un parquet pour rendre la mise en scène plus réaliste et plus saisissante) ou au contenu du message éventuel à véhiculer à travers cette mise en scène. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Affaire Daniel Druet-Maurizio Cattelan : « C’est bien la question de la paternité de l’art qui est au cœur de cette dispute et de ce qui fait œuvre »

« Ce délibéré fait jurisprudence dans la définition de l’art conceptuel en droit français. C’est un jour historique »a réagi auprès du Monde Pierre-Olivier Sur, le défenseur de la galerie Emmanuel Perrotin. Il faut souligner que Daniel Druet n’a pas directement attaqué Maurizio Cattelan, mais sa galerie parisienne, la maison d’édition de cette dernière, ainsi que la Monnaie de Paris, où l’artiste a fait une exposition en septembre 2016, « Not Afraid of Love ». En avril 2018, Daniel Druet avait désigné la galerie Perrotin et la société Turenne Editions devant le tribunal judiciaire de Paris pour violation de droit d’auteur et contrefaçon. Dans la foulée, le 3 mai, il assignait également la Monnaie de Paris pour avoir exposé quatre de ses œuvres lors de l’exposition. Le 22 mai, la Monnaie de Paris adressait un courrier recommandé à Maurizio Cattelan et aux Archives Cattelan pour demander leur intervention dans la procédure ouverte par Daniel Druet, invoquant le contrat de partenariat conclu dans le cadre de l’exposition, qui prévoyait une clause de garantie.

Il vous reste 29,83% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.