la lourde non-intervention d’Ivanka Trump et Jared Kushner

Des extraits du témoignage d’Ivanka Trump ont été diffusés par la commission d’enquête chargée de la question de l’invasion du Capitole. Ils ont montré l’absence d’intervention de l’entourage de Donald Trump, malgré le fait qu’ils savaient qu’aucune fraude n’avait été commise.

L’inaction de l’entourage en question. Jeudi, la commission d’enquête en charge de mettre à jour les dessous de l’invasion du Capitole, le 6 janvier 2021, par des partisans de Donald Trump criant à la fraude électorale, a déterminé que Donald Trump était « au centre » d’une « tentative de coup d’État », de par ses multiples accusations non fondées de fraude électorale. Le rôle de Donald Trump dans l’événement historique, qui a entraîné sur l’interruption de la certification des résultats de l’élection et l’évacuation en urgence des élus du Congrès, fait l’objet d’une attention toute particulière car le milliardaire n’a jamais reconnu sa défaite, malgré les preuves légales.

A lire : Donald Trump enfreint la loi, selon la commission parlementaire

La suite après cette publicité

Pourtant, rapidement après l’examen, certains membres de l’entourage de Donald Trump savaient pertinemment que le milliardaire avait perdu. «On déménage à Miami», a même dit Jared Kushner à sa femme Ivanka Trump dès le lendemain de l’élection en novembre, selon le «New York Times ». Et qu’importe si son beau-père est venu de déclarer, au beau milieu de la nuit et alors que certains États n’avaient pas fini de dépouiller et que la dynamique était en faveur de Joe Biden, que «franchissement, on a gagné cette élection”. De longues semaines de dénégation de sa défaite -qu’il n’a toujours pas admise publiquement- et d’accusations sans fondement de fraude électorale ont suivi, nourries par certains clans proches de Donald Trump, notamment son avocat personnel Rudy Giuliani. Mais, comme pendant les quatre années à la Maison-Blanche, sa fille et son genre ne sont pas intervenus malgré la situation qui s’est achevée par l’invasion du Capitole par des pro-Trump nourris aux accusations infondées et Donald Trump quittant Washington avant même l’investiture de son successeur, refusant dans une rupture exceptionnelle de la traditionnelle passation de pouvoir pacifique d’assister à la cérémonie du 20 janvier.

La suite après cette publicité

En pleine irruption des partisans de son père au Capitole, l’ancienne conseillère à la Maison-Blanche s’était manifestée sur Twitter : « Patriotes américains : toute infraction ou tout manque de respect envers nos forces de l’ordre est inacceptable. La violence doit cesser immédiatement. Soyez pacifiques, s’il vous plaît», avait-elle écrit. Un message effacé quelques minutes après, face à la violence manifeste des protestataires. Son message faisait écho à celui de son père, dont le compte Twitter avait été suspendu : «Soutenez s’il vous plait nos Forces de l’Ordre et Police du Capitole. Ils sont vraiment du côté de notre Pays. Restez pacifiques !»

“J’ai un peu pris cela pour des pleurnicheries”

«Cela a affecté ma perspective», a répondu Ivanka Trump, interrogée sur sa réaction lorsque Bill Barr, alors ministre de la Justice, lui a dit qu’il n’y avait pas de preuve de fraude électorale. «Je respecte le ministre Barr. Donc j’ai accepté ce qu’il a dit», at-elle ajouté. À la même question, anglée sur le bureau du conseiller juridique de la Maison-Blanche Pat Cipollone, son mari Jared Kushner a été plus hautain : « Lui et son équipe étaient toujours en train de dire : “Oh, on va démissionner, on ne sera pas là si ci ou ça arrivera”. Donc j’ai un peu pris cela pour des pleurnicheries, pour être honnête.» Malgré les alertes, aucun n’est intervenu auprès de Donald Trump.

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

Mais les propos d’Ivanka Trump, bien que relativement inoffensifs, ont irrité son père. «Elle n’était pas impliquée dans la surveillance ou l’étude des résultats de l’Élection», at-il écrit sur son compte sur le réseau Truth Social, le site qu’il a méconnu à lancer après avoir été banni de Twitter , Facebook et YouTube. «Elle a été examinée et a été, de mon point de vue, la seule à essayer d’être respectueuse de Bill Barr et de son rôle de ministre de la Justice (il craignait!», at-il poursuivi. Fin 2020, l ‘ancien président n’avait pas caché sa déception après les révélations prouvant que Bill Barr Savait depuis le printemps que des enquêtes visaient Hunter Biden, le fils de son successeur, sur lequel se sont concentrés beaucoup d’efforts de Rudy Giuliani. «Pourquoi Bill Barr n’a-t-il pas révélé la vérité au public, avant l’Élection, à propos de Hunter Biden. Joe mentait durant le débat en disant que rien n’était mal, ou en cours -la presse a confirmé. Gros désavantage pour les Républicains dans les urnes!», avait-il alors pesté, avec les mêmes majuscules qu’il a conservées sur Truth Social.

Leave a Reply

Your email address will not be published.