Laura Smet, cap sur le bonheur

Laura Smet profite d’un long été en famille avant de monter sur scène pour la première fois en septembre.

Elle s’appelle maintenant Mme Lancrey-Javal, et passe des vacances tranquilles au sein de sa famille recomposée : quand ils se sont rencontrés il y a près de dix ans, Raphaël était déjà père d’un petit garçon. La nouvelle compagnie de papa devait se faire accepter. Elle cultivait la patience : « Me faire adopter, ça n’a pas été facile au début », confiait-elle à « Elle ». Avant d’ajouter qu’« aujourd’hui, c’est un bonheur de retrouver ce bout de chou le soir ».

Lire aussi : Exclusif – Sylvie Vartan, arrière-grand-mère : «C’est touchant de voir ma petite-fille heureuse»

La suite après cette publicité

Le bout de chou à grandi, il a 14 ans ! Et avec sa belle-mère, ils ont eu le temps de s’approuver pendant le confinement en 2020. Puis à 36 ans, il y a deux ans, l’actrice, fraîchement mariée, accueillait Léo, son premier enfant , et se repliait dans sa nouvelle maison du bassin d’Arcachon pour se conférer avec ce nouveau rôle. Aujourd’hui, elle – surtout Raphaël, paraît-il – ne serait pas contre un deuxième. Périodiquement, des rumeurs de grossesse circulent. Cet été encore…

La suite après cette publicité

Laura maman… Difficile de l’imaginer en figure maternelle. Elle arrive de loin. Le tempo régulier des biberons, les soirées rythmées par l’allaitement, ça n’était pas son quotidien. Une nature extrême, Laura, aussi éblouissante dès ses premiers personnages d’actrice que déchirée dans ses défoulements. Fille de deux célébrités, elle a, dès l’adolescence, grandi sous les spots malgré les efforts de Nathalie Baye pour la protection des indiscrétions . Et, il faut l’avouer, à suivre ses déboires pendant vingt ans, ses divers copains, ses folles soirées, ses tourments et ses fractures, on se demandait si l’équilibre et la modération étaient dans son registre. Une personnalité à vif, hypersensible, entière, c’est ce qui fait son talent au cinéma. Mais dans la vie, c’était une autre histoire. « J’ai attendu la trentaine pour trouver l’apaisement », avouait-elle. Ce qui n’est pas si différent du commun des mortels, après tout. Dans la dynastie Hallyday, elle était la plus proche de la radicalité de son père. Passionnée, absolue. Un air de famille… Mais une présence qui lui a manqué, Johnny, elle en convenait. Au-delà de cette frustration, c’est aussi sa quête d’émotions fortes qui la pilotaient. Jusqu’à l’épuisement.

Jusqu’à ce qu’elle rencontre l’homme de sa vie. Raphaël est un entrepreneur qui n’a rien à voir avec le showbiz, et tant mieux. Durant quatre ans et demi, avant leur union officielle, il lui a offert un ancrage affectif, rassurant, protecteur. Comme une évidence, il est devenu le complément qui lui manquait. Et discret avec ça, une distance bienveillante peu portée sur le show.
C’est avec lui qu’elle a franchi le cap de la maturité. Et de la maternité. Elle le résumait avec humour il ya peu : « Cet enfant, c’est la choisi le plus rock’n’roll que j’ai réalisé dans ma vie ! » Une aventure à long terme. Et une approche plutôt sereine du baby-sitting car, selon Nathalie Baye, la grand-mère gâteau, Léo était tranquille et « faisait ses nuits ».

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

“J’ai attendu la trentaine pour trouver l’apaisement”

À la rentrée, le petit devra s’habituer à voir sa mère s’éclipser en fin d’après-midi pour aller au théâtre. L’actrice s’est en effet engagée pour fin septembre sur une pièce de théâtre, « Le principe d’incertitude », de Simon Stephens, mise en scène par le comédien Louis-Do de Lencquesaing, avec Jean-Pierre Darroussin, au théâtre Montparnasse. C’est sa première expérience théâtrale : elle doit angoisser. À moins que les hormones de la trentaine d’épanouie lui confèrent une salutaire sérénité…

Après tout, sa nièce, Ilona, ​​fille aînée de David Hallyday, qui n’a pas la moitié de son expérience, s’est introduite sur scène elle aussi : on l’a vue cette année dans « Le jeu de la vérité » au Palais des Glaces. Et, timing parfait, la « petite » de 27 ans a accouché le 2 juillet d’un premier enfant, né de son union avec Kamran Ahmed. Une affaire qui roule, ils sont ensemble depuis plus de dix ans. « Il était mon premier flirt », révélant la fille d’Estelle qui a élargi sa trajectoire de mannequin à l’art dramatique. Sur les réseaux sociaux, c’est un bombardement de félicitations : Sylvie, Darina, Arthur, David, Estelle… Quand le clan applaudit, ça fait du monde. En plus des 25 000 followers…

La fille aînée de David Hallyday et Estelle Lefébure a naissance donnée à un garçon le 2 juillet.  Le premier arrière-petit-fils de Johnny Hallyday.  Ici avec son mari le banquier Kamran Ahmed.

La fille aînée de David Hallyday et Estelle Lefébure a naissance donnée à un garçon le 2 juillet. Le premier arrière-petit-fils de Johnny Hallyday. Ici avec son mari le banquier Kamran Ahmed.

©DR

Pour retrouver la ligne, sa tante, Laura, une méthode efficace qu’elle a généreusement partagée dans « Gala ». Elle avait dû perdre 27 kilos. Ce fut un job à plein-temps : un coaching de gymnastique, associé au yoga et à un régime original : « Ne pas me priver pendant la journée et arrêter de manger à 18 h 30 avec, pour dernier repas, des légumes et vapeur un filet d’huile d’olive. » Bon à savoir.

Redevenue actrice, la belle aura un emploi du temps d’athlète. Les planches le soir et le petit déjeuner avant l’école. Un stress positif. Réjouissant, constructif et qui la fera vibrer devant une salle en chaise et en os. Laura Smet est prête pour cette vie intense : « Je relativise davantage aujourd’hui. Grâce au regard de mon fils, pur, sans a priori, je suis devenu quelqu’un d’autre. »
Comme si elle avait enfin trouvé ce qu’elle cherchait. 

Retrouvez les photos exclusives de Laura Smet en vacances dans notre magazine et en édition numérique

Leave a Reply

Your email address will not be published.