Le chèque joli empoché par Nagui grâce à la société Banijay

[*]

Nagui a des problèmes de riche. Le présentateur de N’oubliez pas les paroles est multimillionnaire, mais sa fortune est peu liquide. Pour l’essentiel, elle est constituée d’actions de Banijay Group [*], le groupe de Stéphane Courbit à qui Nagui a été vendu en 2009 à la société Air Productions. Fin 2018, l’animateur détenait 5,3% du capital de Banijay Group, une participation alors valorisée 23 millions d’euros. Explication : l’animateur a préféré toucher en actions plutôt qu’en cash une partie du prix payé pour sa société de production. Cette société produit ses émissions à succès N’oubliez pas les paroles ous Taratata pour France 2. Au total, les commandes de la chaîne publique à cette société s’élèveraient à plus de 30 millions d’euros par an, selon Médiapart.

Mais, parfois, Nagui a besoin d’un peu d’argent liquide pour assurer ses fins de mois. A l’automne, il a ainsi vendu 0,1% de Banijay Group, ce qui lui a rapporté 1,26 millions d’euros, selon les informations de Capital. Les actions ont été rachetées par le groupe lui-même.

Dans le passé, Nagui avait utilisé une autre solution pour se procurer l’argent de poche. Il a contracté des prêts bancaires garantis par ses actions Banijay Group. Ainsi, en 2017, puis en 2018, il a emprunté 2 millions d’euros à la Société générale sur un an à un taux de 1,5%, en nantissant 14% de Holding Fam, sa société personnelle qui détient les actions Banijay Group . Holding Fam était donc valorisée 14 millions d’euros à cette occasion.

Ces problèmes de liquidités vont durer encore un peu. Certes, FL Entertainment, la holding de Stéphane Courbit qui détient 89,5% de Banijay Group, va s’introduire le 1er juillet sur la Bourse d’Amsterdam. Les actions de FL Entertainment vont donc devenir facilement négociables sur le marché. Mais, à ce stade, il n’est pas prévu de convertir les actions Banijay Group en actions FL Entertainment, indique une porte-parole. Les actionnaires minoritaires (Nagui, Cyril Hanouna, le PDG Marco Bassetti…), qui détiennent 10,5% de Banijay Group, vont donc devoir patienter encore un peu…

En tous cas, Nagui a eu raison d’être patient. En effet, la valeur de Banijay Group n’a cessé d’augmenter. Son capital (hors dette) était valorisé 465 millions d’euros en 2018, puis un milliard d’euros en 2021, lorsque Nagui a vendu 0,1%. Aujourd’hui, l’introduction en bourse le valorise environ 2 milliards d’euros (5 milliards avec la dette).

Explication : le groupe de Stéphane Courbit s’est bien développé, rachetant successivement ses concurrents Zodiak puis Endemol, devenant ainsi le premier producteur indépendant au monde. Après avoir été bousculé par le Covid, Banijay Group a renoué avec la croissance (cf chiffres ci-dessous). En 2021, son chiffre d’affaires provient à 69 % de la production d’émissions de flux, à 13 % de la production de fiction, le solde provenant de la distribution de programmes. Les plates-formes de vidéo-à-la-demande représentent désormais 30 % des revenus, avec par exemple pour Netflix la série Jeune Wallanderou pour Amazon Prime un remake mexicain de J’aime lucy ou la télé-réalité Célébrité chassée.

En 2021, les seules activités françaises de Banijay ont généré un excédent brut d’exploitation de 56 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros. Banijay Productions France prépare notamment une nouvelle émission pour W9 baptisée le jeu.

Ces développements ont également dopé la rémunération de Stéphane Courbit, qui est indexée sur les résultats de Banijay Group. Elle s’élève à 0,19 % du chiffre d’affaires, plus 1 % de l’excédent brut d’exploitation, avec un plafond à 7,5 millions d’euros par an. Grâce à cela, cette rémunération est passée de 1,6 million d’euros en 2014 à 4,5 millions entre 2016 et 2019, puis 5,5 millions en 2020, et enfin 7,5 millions en 2021. Stéphane Courbit touche en parallèle un autre salaire comme patron de Betclic (jeux en ligne). L’un dans l’autre, il a touché l’an dernier (via sa société familiale Lov Group Invest) pour un total de 14 millions d’euros.

Interrogés, ni Nagui ni son attaché de presse François Doux n’ont répondu.

[*] Vivendi, propriétaire de Capital, détient 29,4% de Banijay Group

Les résultats de Banijay Group (en millions d’euros)

Graphe : S’épanouir