le petit ami a reconnu les faits durant sa garde à vue

Ce live est terminé.

C’est la fin de ce direct BFMTV. Merci de l’avoir suivi.

La conférence de presse est terminée

Après de courtes prises de parole d’un commadant du groupement de gendarmerie Guillaume Dard et d’un commandant de la section de recherches de Dijon, la conférence de presse du procureur est terminée.

D’importants moyens ont été déployés pour les recherches

Une trentaine de militaires de la gendarmerie ainsi qu’une quinzaine d’enquêteurs de la section de recherches ont été déployées au vu de la gravité des faits.

Vingt ans de réclusion encourage

Le mis en cause n’a pas d’antécédents, ni de casier judiciaire, précise le procureur, Eric Jallet. “Les reconnaissances des faits par le gardé à vue doivent donner lieu à des auditions plus précises. En tout état de cause, la qualification retenue est celle d’un assassinat, punissable de réclusion criminelle à perpétuité pour les majeurs.

“Rappelons que ce garçon à 14 ans, et que les peines sont abaissées quand il s’agit de mineur”, le maximum encouru étant de 20 ans de réclusion criminelle, précise Eric Jallet.

Le petit ami a reconnu les faits durant sa garde à vue

Selon le procureur, le garçon, sur les mains atteintes ont été constatées des lésions et des traces de coupures, reconnu avoir tué la jeune fille devant les enquêteurs. Il a affirmé qu’il avait donné rendez-vous, puis qu’il avait asséné trois coups de couteau.

Plus d’informations ici.

Selon le procureur, le petit ami avait déjà évoqué l’idée de la tuer

En enquêtant sur l’environnement de la jeune fille, les enquêteurs s’intéressaient à la relation qu’elle entretenait avec son petit ami, elle s’était séparée une première fois, avant de se remettre avec lui.

Selon leurs amis, “ils avaient, depuis le début de la semaine, l’habitude de se retrouver entre minuit et quatre heures dans le village de Clessé. Les amis expliquaient que ce garçon avait eu par le passé des paroles inquiétantes”, évoquant l ‘idée de vouloir tuer la jeune fille, précise le procureur.

Des traces de coups constatées sur le haut du corps et le visage de la jeune fille

La conférence de presse commence. Le procureur commence par rappeler les faits.

Une habitante appelle les secours vers 6h40. En partant au travail, elle constate qu’un corps gît sur un chemin. Alors qu’elle appelle à l’aide “la mort est constatée immédiatement”.

La section de recherches se déplacent et font de premières constatations : des traces de sang sur un muret, des bijoux et une veste sont retrouvés sur le chemin, non loin du corps.

“Il s’agit d’une jeune fille qui supporte plusieurs traces de coups, portés avec un couteau, plusieurs dizaines de traces de coups de couteau sur le haut du corps, les épaules, le visage et le cou. Le couteau est resté planté dans la gorge de la jeune fille”, résume le procureur.

D’autres lésions sont constatées sur les bras de la victime.

Le procureur de Mâcon doit prendre la parole à 18 heures

Eric Jallet, le Procureur de la République de Mâcon, doit prendre la parole à l’occasion d’une conférence de presse dès 18 heures.

Suivez son intervention en direct sur BFMTV et sur ce direct.

Une jeune fille retrouvée morte poignardée à Clessé, son petit ami en garde à vue

C’est au petit matin ce jeudi, vers 6h30, qu’une riveraine a signalé la présence du corps d’une jeune fille sur la voie publique à Clessé, village situé non loin de Mâcon. L’adolescente, âgée de 13 ans, a été tuée d’un coup de couteau.

Son petit-ami, âgé pour sa part de 14 ans, a été interpellé et placé en garde à vue ce jeudi. Selon nos informations, les enquêteurs étudient donc notamment la piste d’une rupture amoureuse.

Bienvenue dans ce direct

Bonjour, bienvenue dans ce live accordé à la prise de parole d’Eric Jallet, Procureur de la République de Mâcon, concernant la mort d’une jeune fille de 13 ans, retrouvée morte ce jeudi matin à Clessé, en Saône-et-Loire .

Leave a Reply

Your email address will not be published.