l’incroyable pension qu’elle a donnée à son ex-mari pour la garde de son fils

Romy Schneider : voici combien elle a donné à son ex-mari pour la garde de son fils David Christopher Meyen ! Tous les détails dans cet article …

Pour en avoir la garde exclusive, Romy Schneider n’a pas hésité à verser à son ex-mari une somme incroyable. Retour sur cette histoire révélée dans le documentaire Romy Femme Libre, diffusé le 20 mai sur France 3.

Mort de Romy Schneider

Romy Schneider : Une mère comblée, mais une femme bafouée

Dans le documentaire diffusé sur France 3, il est évidemment question de la carrière de cette grande actrice. Mais cette carrière est activée par sa vie privée.

Il était donc important d’y revenir, en parlant de l’acteur et metteur en scène Harry Meyen. Les fans de l’actrice connaissent bien cet homme. D’abord heureux avec Romy Schneider, il l’épouse en 1966. Ils ont rapidement accueilli un enfantDavid, en décembre de la même année.

Pour tenir son nouveau rôle de simple, probablement le plus important de sa vie, Romy Schneider s’éloigne des plateaux de cinéma. Pendant un an et demi, elle s’éloigne de cet environnement.

Mais sa passion est importante pour elle. Quand fils fils a moins de deux ans, elle reprend ses autres rôles, ceux qui lui ont permis de se fausser une carrière exemplaire. Le succès est là. D’un point de vue professionnel, l’actrice vit simplement un rêver éveillé.

La somme astronomique que Romy Schneider offre à son ex-mari

Pour poursuivre sa brillante carrière, Romy Schneider passe de plus en plus de temps en France. Fils mari, lui, est toujours à Berlin. Il monte plusieurs opéras, mais le succès n’est pas au rendez-vous.

Il sombre alors dans diverses addictions. Pire, il voit d’un mauvais œil le succès de sa femme. Au lieu d’être admiratif, il l’envie. Et cette jalousie le ronge, au point qu’il n’hésite pas à rabaisser l’actrice en public, comme pour lui montrer qu’elle lui est inférieure malgré son succès. Stoïque, l’actrice ne réagit pas à ses attaques.

Après plusieurs mois d’éloignement de son mari, pour multiplier les tournages et ne pas avoir à rentrer chez elle, l’actrice décide de quitter Harry Meyen en 1972.

Verser le finaliseur divorcer et obtenir la garde de son fils, elle n’hésite pas à sortir le chéquier. Ce sont 6 millions de francs qu’elle décide de lui donner pour être débarrassée de lui et avoir la garde de son fils. Cela correspond à 4 millions d’euros. C’est une anecdote historique, surtout dans les années 70 où ce sont généralement les hommes qui paient. Elle inverse les rôles pour sa tranquillité d’esprit.

La mort de son fils, ou comment l’actrice s’est brisée

ONU accident tragique lui a enlevé son fils. Alors qu’il rentrait d’une promenade à vélo un dimanche, David a escaladé le portail de ses grands-parents. Ce n’est sans doute pas la première fois. Mais il a glissé et s’est percé l’artère fémorale. C’était le 5 juillet 1981. On l’a emporté aux urgences, mais il est mort. Il n’avait que 14 ans.

Dans son livre La dernière vie de Romy Schneider, Bernard Pascuito dit « qu’elle n’est plus rien », simplement « assommée par les drogues » alors qu’elle vit « deux jours de torture ».

Alors qu’elle vit le pire calvaire de sa vie, des photographes se déguisent en infirmières pour prendre des clichés de son fils mort à la morgue. » Que des journalistes se déguisent en infirmières pour photographe un enfant mort […] Où est la moralité ? Où est le tact ? », at-elle déclarer avec émotion sur les Champs-Elysées, en 1982.

Une nouvelle fois devant l’animateur Michel Drucker, Géraldine Danon (filleule d’Alain Delon) accepte de parler de cette histoire : « Je crois que le plus grand drame de Romy, nous l’avons vécu sur ce plateau, parce qu’aux Champs-Elysées, elle était venue s’ adresser à ce salaud de photographe, qui avait osé photographe son fils à la morgue, recouvert d’un linceul. Je crois qu’elle voulait tuer le photographe ».

Romy Schneider

A l’époque, les journaux ont montré toute l’humanité qui manquait aux photographes puisqu’ils ont tous refusé d’acheter et de publier ces horribles photos. « Sa voix était d’outre-tombe, elle parlait de tuer ce photographe qui avait osé prendre des photos de son fils à la morgue. Elle s’est cognée la tête sur le marbre avec un désespoir abyssal.

Leave a Reply

Your email address will not be published.