l’opposition à la décision de la Cour suprême remporte les scènes d’opéra

Joyce DiDonato, Stephanie Blythe, Joélle Harvey ou encore Jamie Barton expriment leur profond désaccord avec la suppression de l’arrêt qui protégeait le droit à l’avortement aux États-Unis.

La Cour suprême américaine a renversé, vendredi 24 juin, son arrêt de 1973 qui garantissait le droit à l’avortement au niveau fédéral, c’est-à-dire sur l’ensemble du territoire des États-Unis. À ce jour, déjà neuf États, ont rendu l’avortement illégal alors qu’une très grande majorité d’Américains est opposée à cette décision. Dans le monde de la musique, chanteuses et chanteurs affirment leur colère. Après la star du RnB Lizzoqui a promis 500.000 dollars aux équivalents américains du planning familial et Jour vert qui renonce à sa nationalité américaine, plusieurs grandes chanteuses lyriques et l’un des principaux syndicats de musiciens montent au créneau.

Et maintenant ? On se bouge le cul, on vote et on s’assure que cette erreur sera réparée dès que possible

Joyce Di Donato

Tous expriment leur profond désaccord avec cette décision. La mezzo-soprano Joyce Di Donato une vidéo partagée sur Twitter, dans laquelle elle interprète Sersé de Georg Friedrich Haendel et légende «Haendel a autorisé la rage. Je vous encourage à le chanter aussi. Aussi fort que vous le pouvez», explique la star lyrique avant d’appeler ses fans à se mobilisateur. « Et maintenant ? On se bouge le cul, on vote et on s’assure que cette erreur sera réparée dès que possible»lance la chanteuse.

Autre star de la scène et pilier du Metropolitan Opera de New York, Stephanie Blythe n’a pas dissimulé son mécontentement, dès le 24 juin, en relayant la parole des défenseurs du droit à l’avortement et, notamment, l’acteur George Takei , l’un des héros de Star Trek. « C’est la première fois dans notre histoire qu’un droit garanti constitutionnellement, un droit accordé par la Cour suprême il y a 50 ans, est ainsi déchiré par la même cour et par des juges qui s’étaient engagés à respecter les lois établies », déplore l’acteur qui appelle à la mobilisation en faveur des démocrates à l’occasion des élections de l’automne.

La soprano Joélle Harvey, elle, fait mine de s’interroger. « Ccomment se fait-il que les États ne sont pas autorisés à décider du contrôle des armes à feu sur leur territoire, mais qu’on leur fait confiance pour contrôler le corps des femmes ?, écrit-elle. Nous perdons des libertés en raison d’une lecture complètement biaisée d’un document désuet.»

Toujours sur Twitter, Jamie Barton, mezzo-soprano, écrit : « Nous savions que cela allait arriver, et c’est horriblement déchirant. Restez en colère, vous tous. Vous avez toutes les raisons de l’être. Ils viendront ensuite contrôler les naissances et les droits des homosexuels… Nous devons nous souvenir de cette colère et utiliser son énergie à l’avenir pour mener le bon combat». La chanteuse fait référence à d’autres arrêts suprêmes sur lesquels pourraient revenir la Cour, comme ceux qui garantissent le droit à la contraception et au mariage homosexuel. Avec un certain sens de l’humour, elle précisait encore ce matin « avoir changé son statut » sur fils « demande de rencontre ». “Je ne m’intéresse plus qu’aux personnes qui ont un pénis et qui ont subi une vasectomie, lance-t-elle. La Cour suprême veut-elle me priver du droit à l’avortement ? Que les porteurs de piqûres en assument les conséquences.»

L’un des plus importants syndicats de musiciens, l’American Guild of Musical Artists (AGMA), a également publié un communiqué après la décision de la Cour suprême. «À partir d’aujourd’hui, toute femme risque désormais de devoir mener une grossesse à terme contre son gré et quel qu’en soit le risque, éventuellement au prix de sa propre vie», déclare-t-il.

À terme, la moitié des États du pays pourrait interdire ou limiter drastiquement le droit à l’IVG.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.