“Mince, je ne provoquais plus de désir”

PARIS, FRANCE - 25 JANVIER : Marianne James assiste au 16e Sidaction dans le cadre de la Fashion Week de Paris le 25 janvier 2018 à Paris, France.  (Photo by Stéphane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)

Marianne James n’était pas bien dans sa peau quand elle était mince. (Photo by Stéphane Cardinale – Corbis/Corbis via Getty Images)

Dans l’émission “Le grand quiz” sur TF1 ce vendredi 8 juillet 2022, les téléspectateurs pourraient retrouver Marianne James. Habituée du petit écran, récemment vue dans “Drag Race France”, l’animatrice, chanteuse et musicienne est connue pour sa voix, aussi imposante que sa silhouette. Mais aussi pour son caractère bien trempé qui refuse d’accepter la grossophobie au quotidien.

Que ce soit en tant que membre du jury de “La Nouvelle Star”, sur scène lors de ses nombreuses performances ou en tant que commentatrice de “L’Eurovision”, Marianne James fait partie des personnalités qui ont officié sur toutes les grandes chaînes de France, et qui sont donc bien connues des téléspectateurs. Il faut dire que l’artiste ne s’oublie pas : une voix de cantatrice, 1m80, plus une centaine de kilos… Elle s’impose aussi bien physiquement que par son talent, un fait rare quand on sait à quel point le monde du show business peut être difficile pour les personnes qui ne correspondent pas aux critères sociétaux de la beauté.

Vidéo. Marianne James honnête sur la chirurgie esthétique : “J’ai envie de me faire…”

Du yo-yo dès l’enfance

La question du poids s’est toujours posée pour Marianne James, et ce dès sa naissance : “J’étais anorexique petite, dès bébé. Je suis née en février 1962 et en juillet 63, comme je repartais vers le poids de naissance, ce qui est très angoissant pour la famille, on m’a décrochée pendant plus d’un mois dans une pouponnière à Montpellier. Je refuse la cuillère, le sein, le biberon, rien ne s’est passé”, avait-elle raconté dans l’émission “On ne répond plus de rien“, sur RTL.

Pendant toute son enfance et son adolescence, elle perd et prend du poids régulièrement, mais contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas quand elle est au plus bas sur la balance qu’elle est heureuse. “Pour rentrer dans les normes, je maigris. Je pèse 70 kilos pour 1,80 mètre. Je me trouve grosse et je me laisse rattraper par l’image que me renvoient les autres. En 1981, j’en perds 10 de plus. Pendant deux ans, j’affiche une taille 36, mais je fais profil bas car cela ne me rend pas heureuse”, évoquait-elle dans les colonnes de Paris-Match en évoquant sa trentaine. “Mais je ressemble aux autres filles. Et, hasard ou pas, les hommes, eux, se détournent de moi. En perdant du poids, j’ai l’impression de perdre ma substance et le vide sentimental s’installe pour la première fois . Moins appétissante, je ne provoque plus de désir. Alors je regrossis lentement.”

Mince, elle ne se sentait pas désirable

“Quand j’étais mince, j’étais seule. Ça m’a tellement coûté quand j’étais mince pour jouer Miss Monde dans un spectacle. Ce sont les deux années où je suis resté à 60 kilos où je n’ai eu personne .” Raison pour laquelle elle l’a affirmé haut et fort à Télé-Loisirs : “Je mesure 1m80 et pèse 130 kilos. Il faut vivre avec. Mais mes kilos me font chanter comme jamais.” Récemment, c’est dans les colonnes de Télé Câble Sat qu’elle a évoqué ses “40 kilos de trop”, et le fait qu’elle se sentait beaucoup mieux dans sa peau, sans pour autant inciter qui que ce soit à prendre du poids pour autant : “Mon poids n’a jamais été un problème. Je ne conseille pas aux gens d’avoir quarante kilos de trop comme moi, mais je suis en bonne santé.”

Aussi, pas question pour elle d’être une grosse qui se cache. Marianne James assume sa sexualité épanouie : “Quand on est gros, on a le droit d’aller à la piscine, en discothèque et de ne pas éteindre la lumière quand on fait l’amour”, prône-t-elle.

La reine de la répartie

Le 27 mai dernier, c’est sur son compte TikTok que Marianne James a raconté une scène de grossophobie ordinaire dont elle a été victime dans un magasin. “Je fais mes courses tranquillement dans le 2e arrondissement de Paris, dans une supérette. Je me penche pour attraper quatre yaourts et à ce moment-là, il ya un garçon, assez jeune, plutôt beau, qui se penche aussi avec moi. À mon oreille, il me fait : ‘Les 0 %, c’est par là’.” Une remarque particulièrement désagréable pour la star, qui décide cependant de ne pas faire d’esclandre : “Franchement, je ne le prends pas bien, mais je ne dis rien. Il voit que je ne réagis pas, il continue à faire ses courses et je fais les miennes.”

Sa revanche, elle l’aura quelques minutes plus tard : “On arrive aux caisses et il y a deux caisses. Donc moi je prends la première caisse, je passe tous mes produits et ça va très vite, je suis la seule. Et lui, il se retrouve à une caisse où il est coincé. Une fois que j’ai payé et que j’allais partir, je reviens vers lui et je lui fais : ‘La caisse des cons, c’est celle-là’.” Une belle répartie malheureusement forgée à force de voir son panier alimentaire critiqué : “Ça m’est arrivé au moins 3 fois genre : ‘Et bien… On ne se prive pas, hein ???’, ou ‘Oh, la gourmande’. ” Mais Marianne James s’en fout : elle est bien dans sa peau, et c’est tout ce qui compte à ses yeux.

À LIRE AUSSI

>> Marianne James : son tacle plein d’humour à Emmanuel Macron

>> Marianne James humiliée : cette scène improbable dans un supermarché !

>> Marianne James sans tabou : « Mon poids n’a jamais été un problème »

Leave a Reply

Your email address will not be published.