Oliver Sim (The xx) se révèle séropositif au VIH dans un clip réalisé par Yann Gonzalez

L’autre voix du groupe britannique The xx, Oliver Sim, entame à son tour une carrière solo, avec un album baptisé Hideous Bastard, dont le premier single Hideous transfigure la sérophobie, c’est-à-dire la discrimination des personnes vivantes avec le VIH.

C’est l’histoire d’un groupe de rock britannique au style minimaliste qui berce nos oreilles (et toutes les séquences émotions des télé-réalités de M6) depuis 2005, Le xx. Les trois membres qui le composent poursuivent également une carrière solo : Romy Madley Croft, Jamie xx, et Olivier Sim. Ce dernier vient de faire son sortir média de personne séropositif au VIHpour accompagner la sortie de son premier single, Hideuxqui transfigure la sérophobie (c’est-à-dire la discrimination structurelle des personnes vivant avec le VIH).

Oliver Sim se révèle séropositif au VIH depuis l’âge de 17 ans

Pour amorcer sa carrière en solitaire avec un nouvel album, Bâtard hideux (co-produit par Jamie xx), et premier single baptisé Hideux, le chanteur de 32 ans Oliver Sim vient en effet de révéler vivre avec le VIH depuis ses 17 ansà travers un communiqué publié sur Instagram le 23 mai 2022 :

« J’ai réalisé que j’avais tourné autour de l’une des choses qui m’ont probablement amélioré le plus de peur et de honte. Mon statut VIH. Je vis avec le VIH depuis l’âge de 17 ans et cela dépend de ce que je ressens envers moi-même et de ce que je suppose que les autres se sentent envers moi, depuis cet âge et dans ma vie d’adulte. Alors, assez impulsif, j’ai écrit à ce sujet sur une chanson intitulée Hideous. »

On peut notamment entendre chanter Oliver Sim dans le dernier refrain de Hideux :

« L’honnêteté radicale
Pourrait me libérer
Si ça me rend hideux
Vivre avec le VIH
Depuis dix-sept
Suis-je hideux ?

De l’honnêteté radicale
Pourrait me libérer
Si ça me rend hideux
Vivre avec le VIH
Depuis dix-sept
Suis-je hideux ? »

Jimmy Sommerville (Smalltown Boy), un ange gardien dans la lutte contre le VIH

Ce premier single comporte un featuring de Jimmy Somerville, connu notamment pour être la voix inoubliable du tube Garçon de petit villagenuméro du premier album L’âge de maturité légale (1984) du groupe de pop new wave Bronski Beat. Cette chanson et son clip évoquent les affaires de la vie de jeunes gays, d’autant que son chanteur s’affirme depuis des décennies comme un repère dans la lutte contre le VIH.

Ce qui peut en partie expliquer pourquoi Oliver Sim considéré désormais Jimmy Somerville comme une sorte « d’ange gardien ». Et c’est ce qui transparaît bien dans le clip d’Hideux.

Oliver Sim - Hideous (Vidéo officielle)

Oliver Sim offre à Hideous un clip monstrueux réalisé par Yann Gonzalez

En forme de « film d’horreur queer », le clip du single Hideux a été réalisé par Yann Gonzalez (Les Rencontres d’après minuit en 2013, Un couteau dans le cœur en 2018) et vient d’être présenté dans le cadre de la Semaine de la Critique au festival de Cannes le 23 mai 2022.

Dans le clip Hideous d'Oliver Sim, réalisé par Yann Gonzales, le chanteur et son ange-gardien Jimmy Somerville présenté transfigurés en monstres hideux et s'offrent une scène façon descente de croix qui en dit long sur la marginalisation des personnes vivantes avec le VIH et la sérophobie.  © Capture d'écran YouTube.
Dans le clip Hideous d’Oliver Sim, réalisé par Yann Gonzales, le chanteur et son ange-gardien Jimmy Somerville présenté transfigurés en monstres hideux et s’offrent une scène façon descente de croix qui en dit long sur la marginalisation des personnes vivantes avec le VIH et la sérophobie. © Capture d’écran YouTube.

L’album Bâtard hideuxsortira le 9 septembre 2022, « dans toute sa splendeur horrible et camp » comme vient de l’expliquer Oliver Sim dans une autre publicationInstagramajoutant :

« J’ai du mal à écrire ces choses de peur de paraître trop arrogant ou sérieux. Une grande partie de ce disque est grave sur le papier, j’ai beaucoup écrit sur la peur, la honte et la masculinité, mais j’ai fait ces chansons comme un moyen de me libérer. Je vois donc Hideous Bastard comme non seulement auto-dépréciatif, mais aussi comme regorgeant de joie et d’humour. »


A lire aussi :

Le revenge porn et la sextorsion de plus en plus signalés au Royaume-Uni

Crédit photo de Une : Capture d’écran Instagram @OliverSim

Leave a Reply

Your email address will not be published.