Paula Rego, poète amazone – Causeur

L’artiste, née en 1935 à Lisbonne au Portugal, est décédée le 8 juin. Le pays, qu’elle avait fui sous Salazar, vient de décréter une journée de deuil national. Ses œuvres, de style réaliste ou fantastique, féministes, parfois cruelles ou choquantes, font référence aux contes traditionnels du pays et sont teintées d’érotisme… L’artiste faisait partie des artistes contemporains les plus côtés et avait été anoblie par la Reine d’ Angleterre.


Le Portugal est en deuil depuis hier et en particulier la ville de Cascais, car c’est dans cette célèbre station balnéaire prise des Lisboètes que se trouve la Casa das Histórias Paula Rego, une étrange pyramide aztèque de béton rouge entouré de jardins luxuriants. La galerie, ouverte en grande pompe en 2009, est l’une des rares à être entièrement consacrée à un seul artiste de son vivant.

Cascais, RD du Portugal

Une artiste très influente

Le président de la République portugaise, Marcelo Rebelo de Sousa, possède une maison de village à deux pas et s’est déjà exprimée sur la « perte nationale » qui représente le décès de l’artiste-peintre portugaise et britannique. Elle vécut principalement à Londres où elle avait fui le Portugal de Salazar et où elle fut élevée au rang de Dame Paula Rego par la Reine, en 2010. De l’autre côté de l’unique frontière dont dispose le Portugal, une exposition lui est actuellement consacré au Musée Picasso de Malaga. C’est dire l’influence de l’artiste dans la péninsule ibérique et de par le monde.

A lire ensuite, Frédéric Magellan : Le Portugal raconté par Yves Léonard

La peinture de Paula Rego nous plonge dans les rêves surréalistes et à la limite du cauchemar de la femme portugaise du milieu du XXe siècle. Elle rêve de tout ce qui la concerne et l’entoure : son corps, ses fantasmes, les bals populaires, les animaux de la ferme, la famille, la mort qui rôde, le foyer, le labeur… Tous se retrouvent ensemble sur la toile dans un carnaval fantastique, souvent grotesque.

Portugal lascif, érotisme contenu

Les hommes y font ce qu’ils peuvent fatigués, timides et presque étouffés. Les femmes, en revanche, y sont fières et libres, même lorsqu’elles dévoilent leurs fragilités. Elles doivent simplement faire avec ces monstres de conte de fées qui reviennent régulièrement les narguer, marionnettes aux formes animales ou poupées de chiffon hantées depuis l’enfance. Loin derrière, un crucifix ou un personnage mythologique rappelle régulièrement le poids de l’Église et des traditions.

Les bonnes, 1988

La lumière n’est jamais bien forte : dans les campagnes portugaises, on se cache du soleil dont on se méfie. Les journées sont lascives et poussiéreuses, d’un érotisme contenu. Mais la nuit, les âmes s’apaisent et se libèrent sous le feu tranquille de la lune et des étoiles. Le village est bien vivant, chacun met la main à la pâte. Enfin, chacune, plutôt, car le village, ce sont les femmes. Celles qui lavent, cousent et habillent les enfants et les hommes. Il ne faut pas la leur faire : ici, c’est leur domaine. Leurs songes cohabitent avec leur réalité quotidienne.

A lire ensuite : Christian Lacroix : la nostalgie d’ailleurs

C’est un monde cruel et magique dont on ne sait si on voudrait y vivre ou le fuir. Paula Rego peint le Portugal qu’elle voit et qu’elle veut. C’est une artiste amazone, portant fièrement sa féminité rugueuse en armure. Son œuvre est charnelle et sans concession mais elle demeure énigmatique, sans doute pour préserver le mystère sacré des contes qu’elle nous chuchote à l’oreille. Avec ce regard espiègle et provocateur qui la caractérise.

La guerre – 2003

Vous venez de lire un article en accès libre.

Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.

Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Leave a Reply

Your email address will not be published.