Pierre Desproges : de quoi est mort l’humoriste à seulement 48 ans ?

Le 18 avril 1988, Pierre Desproges est mort à l’âge de 48 ans. Pendant des mois, l’humoriste corrosif, chantre de l’absurde, s’est battu contre une maladie qui l’a emporté.

Son sens de la formule, son humour corrosif et son second degré, il les aura gardé jusqu’au bout. Le 18 avril 1988, la France a perdu l’un de ses humoristes les plus connus : Pierre Desproges. Quelques mois auparavant seulement, les médecins lui ont donné un cancer des poumons qui lui sera fatal à seulement 48 ans. Avec le style qui a fait sa renommée, il n’hésitait pas à se moquer de la maladie qui l’a tué. “Moi, j’ai pas de cancer, j’en n’aurai jamais, je suis contre”, disait-il sur scène, où il est monté jusqu’à son dernier souffle. Pour annoncer son décès, il a d’ailleurs demandé à ses proches de faire parvenir une phrase très ironique aux médias : “Pierre Desproges est mort d’un cancer. Etonnant, non ?” Pendant sa carrière, l’humoriste avait fait de la mort l’un de ses thèmes favoris. Lui, qui s’en moquait souvent, choquait parfois, n’en avait pas vraiment peur.

“Je trouve insupportable, déplacé, que nous pouvons mourir, plaisantait-il quelques années avant que la Faucheuse ne le visite dans les colonnes du Monde. J’aimerais qu’on m’invite un soir de Toussaint à “Apostrophes” sur le thème de la mort. Entouré de croque-morts, on pourrait fabriquer une belle émission sur la mort et donc sur le rire.” Jusqu’à la fin, Pierre Desproges a donc manié le rire. Une façon peut-être d’essayer de moins souffrir. Car il ne l’a jamais dit, mais l’humoriste a vécu des mois compliqués. A tel point qu’il a demandé à ses proches amis, Guy Bedos en tête, d’abréger ses souffrances. “Oui, on l’a aidé à mourir”, écrivait-il dans son livre Je me souviendrai de tout. Et d’ajouter : “De toute façon, on va mourir. Si on peut nous éviter de souffrir en plus, puisque de toute façon la mort est là au bout, je pense que s’endormir, c’est plus gentil”.

“C’est salutaire de lire du Desproges”

Pierre Desproges a laissé derrière lui son épouse, Hélène Mourain. Une femme dont l’humoriste était éperdument amoureux et qui lui a offert deux filles : Marie, née en 1975, et Perrine, née en 1977. La deuxième a suivi les traces de son célèbre papa, à qui elle a rendu hommage dans un livre puis dans un documentaire. Sous couvert d’humour, tradition familiale oblige, Perrine Desproges était très proche de son père décédé, lorsqu’elle n’avait que 10 ans. “Quelqu’un qui voulait que l’on soit polies. Mais, quand on disait “mince”, il nous demandait plutôt de dire “merde”, si on optait “merde” ! Il nous a appris la liberté”confiait-elle à Télé Star. Et d’ajouter : “Je ne veux pas qu’il soit figé en statue. Dans le livre lui rendant hommage, j’ai souhaité montrer qu’il était multiple, parfois odieux, et ne plaisait pas à tout le monde. (…) C’ est salutaire de lire du Desproges. Il disait d’ailleurs qu’il n’y avait que la langue française qu’il respectait !”

Leave a Reply

Your email address will not be published.