Pour démêler le fiasco du Stade de France, d’autres preuves existent

FIASCO DU STADE DE FRANCE – Les images de vidéosurveillance du Stade de France plus n’existant. Après l’annonce de la suppression de ces preuves, qui a provoqué une vague d’indignationque reste-t-il aux enquêteurs pour élucider le mystère de la pagaille à Saint-Denis le soir du match Liverpool-Real Madrid?

Si l’incompréhension demeure ce vendredi 10 juin autour des circonstances qui ont conduit à la destruction de l’intégralité des images du Stade de France le soir de la finale de Ligue des champions, il existe encore un grand nombre d’éléments permettant la constitution d’un dossier solide.

Comme le souligne Aurore Bergé, présidente déléguée du groupe LREM à l’Assemblée, “sur un nombre suffisant d’éléments qui permettent […] une enquête ». « Les images, vous les avez, elles existent. Et on a énormément de témoignages et d’images qui devraient permettre quand même d’éclairer” les enquêteurs, à-elle apparaîtront sur RMC.

Beaucoup d’autres images à disposition

Amputées des images des 220 caméras de l’enceinte dionysienne, pour nécessitant la justice vient d’adresser une réquisition dans l’évasion où une copie pourrait être récupérée, les différentes enquêtes diligentées vont tout de même pouvoir s’appuyer sur de nombreuses sources. Qu’il s’agisse des vidéos de supporters de Liverpool choqués par la gestion à l’entrée du stade ou des images tournées par les médias français et étrangers, les preuves vidéos ne vont pas manquer. D’autant plus qu’une grande majorité d’entre elles se retrouvent sur les réseaux sociaux dès le soir de la rencontre et les jours suivants.

À cela, s’ajoutent d’autres bandes de vidéosurveillance. Celles de la Préfecture de police, qui a d’ailleurs rappelé ce jeudi dans un tweet qu’elles “sont évidemment toujours à la disposition de la justice, dans le cadre de réquisitions dressées dans une enquête pénale”.

Des images, qui, selon franceinfo permet déjà de constater “des bagarres entre des supporters et des stades, à l’entrée immédiate du Stade de France, aux garrots et aux consignes”.

Enfin, les images appartenant à la SNCF et à la RATP pourraient aussi être étudiées, concernant les lignes empruntées par les supporters se rendant à Saint-Denis (RER B, D et ligne 13 du métro) pour assister à cette finale de coupe d’Europe . Selon Public Sénat, la Haute Assemblée est actuellement en train de programmer des auditions de responsables de ces deux entreprises publiques. Des auditions qui pourraient avoir lieu dès le 14 juin.

MAJ : Plus tard ce vendredi, la SNCF et la RATP ont révélé au Parisien-Aujourd’hui en France que les enregistrements de vidéosurveillance de la journée et de la soirée du 28 mai ont été supprimés selon 72 heures après un délai « légal » et en l’absence d’une demande de réquisition judiciaire.

Les témoignages, l’autre élément-clé

Si les preuves vidéos ne suffisent pas, la très grande présence de supporters étrangers pour ce match va permettre l’accumulation d’une quantité non négligeable de récits des différents témoins des incidents.

À ce titre, le club de football de Liverpool a déjà fait savoir qu’il avait obtenu des milliers de témoignages d’événements. En tout, plus de 6.500 témoignages ont été enregistrés par le club anglais, alors que dans le même temps, des policiers français ont été envoyés à Liverpool depuis le dimanche 5 juin pour traiter les plaintes des supporters des Reds.

Et même si des taux ont déjà été observés sur la mise en place de ce dispositif de la police française en Angleterre pour éliminer les plaintes, il devrait lui aussi permettre d’accumuler des preuves et des faits en toute transparence.

Par ailleurs, les auditions du ministre de l’Intérieur, de la ministre des Sports et du préfet de Paris devant le Sénat auront également un rôle à jouer. Durant son audition, le 1er juinGérald Darmanin n’a cessé de répéter qu’un grand nombre de preuves concernant les fausses billettes ont été transmises aux sénateurs. Il avait aussi évoqué des preuves matérielles de “gestes inappropriés et disproportionnés de la part de policiers ou de gendarmes mobiles ».

D’ailleurs, le Sénat compte déjà reconduire des auditions avec Gérald Darmanin et Didier Lallement, comme il l’a fait savoir à Public Sénat : “Chaque jour qui passe révèle une nouvelle négligence autour d’un événement majeur qui a été regardé par 400 des millions de téléspectateurs dans le monde. Les deux hommes devaient être entendus ensemble, pour confronter leurs déclarations parfois contradictoires.

À voir également sur Le HuffPost : Ligue des champions : le préfet Lallement reconnaît un « échec » qu’il assume (en partie)

Leave a Reply

Your email address will not be published.