pourquoi sa fille n’apparaîtra plus dans Les 12 coups de midi !

Figure incontournable des 12 Coups de midi, Xavier rempiler pour Le Combat des maîtres 2022. Dans cette version estivale du jeu de Jean-Luc Reichman4 Maîtres de midi s’affrontent chaque jour en plateau. Les candidats parvenant à se qualifier, accède automatiquement à la finale en prime le samedi soir. Et ce 2 juillet, c’est le jeune papa de 31 ans qui est sorti vainqueur de la première partie de la compétition. Car oui, à l’occasion des 12 ans de son émission, l’animateur de 58 ans a prévu une deuxième semaine de jeu. Cette dernière s’achèvera par une seconde soirée de finale pour prolonger un peu plus les festivités. Après sa première victoire du jour, Xavier s’est nommé sur son statut de super champion et sa nouvelle vie de père de famille. Interview.

Télé-Loisirs.fr : vous êtes une nouvelle fois de retour pour Le combat des maîtres ! Comment était l’ambiance sur place ?

Xavier : C’est toujours un super moment de voir les anciens candidats, avec qui j’ai créé des privilèges, les casteurs, les personnes qui s’occupent de nous au quotidien sur le tournage de l’émission… C’est vraiment un plaisir à chaque fois ! Pour les 12 ans, nous sommes 56, je trouve ça vraiment sympa que la compétition s’ouvre à des petits nouveaux ou des candidats qui n’avaient pas eu l’occasion d’accéder aux Masters.

Vous sentez-vous redouté ?

Effectivement, j’imagine que la plupart espèrent ne pas tomber contre moi au vu de mes performances au combat des maîtres. Après, redouté, oui et non, on est là d’abord pour s’amuser. On a tous un esprit de compétition, mais on vient avant tout pour jouer.

Les téléspectateurs, tout comme certains candidats, vous imaginez souvent gagnant d’avance… Cela vous met-il un peu de pression ?

Non, mais on se sent attendu. C’est flatteur que les gens pensent ainsi, mais ce n’est pas gagné d’avance. Il y a des candidats qui sont très redoutables et qui l’ont prouvé au cours du tournoi. Si jamais, par malheur, je fais une contre-performance, on ne me loupera pas parce qu’on s’attend à ce que je fais mieux (rires). Donc, oui, dans ce cadre-là, ça m’a rencontré une petite pression.

L’année dernière vous n’aviez pas révisé. Est-ce le cas cette fois-ci également ?

Non je ne révise pas pour ce genre d’événement (rires). Déjà, j’aurais du mal à trouver du temps pour réviser en dehors de mes heures de travail. Puis au vu de la créativité de la production pour les intitulés chaque année, ce serait une perte de temps. Je reste sur mes acquis (rires).

Et avez-vous été surpris par le niveau de vos concurrents ?

Je n’avais jamais eu l’occasion de jouer contre Matthieu et Luciano. C’était assez intéressant, notamment avec le duel au buzzer en trois points gagnants. Malheureusement, aucun candidat ne souhaitait m’affronter au buzzer. Je ne sais pas pourquoi (rires) ! Mais cela s’est très bien déroulé pour moi, puisque j’ai gagné ma place pour le prime-time.

Chaque jour, l’affiche n’est pas composée de “super champion”. Cela est-il plus avantageux pour les candidats comme vous ?

Ce n’était pas le cas pour toutes les émissions. Bon factuellement, c’est vrai pour certaines, mais le niveau est très dense… Je pense que le système de manche au buzzer a été mis en place pour pallier l’éventuel déséquilibre. Car il n’existe pas dans la version originale des 12 coups. Et on peut avoir fait 100 ou 200 émissions et ne pas être spécialement à l’aise dans une telle épreuve de rapidité. Je trouve, au contraire, que cela a rebattu les cartes. Cette semaine, la composition des qualifiés au prime-time traduit un peu ça. Il y a eu pas mal de surprises. Personne n’aurait pu prédire les 14 qualifiés pour les deux prime-time. Il ya des candidats qu’on n’attendait pas.

Et pourtant vous êtes une nouvelle fois qualifiée pour la grande finale de samedi prochain !

La première manche du prime, avec cette possibilité d’être éliminée au buzzer en une question, était stressante. C’est une dynamique différente. Malgré le haut niveau et la formule complexe avec les nombreux coups fatals, j’ai trouvé ça super amusant à faire.

Cette année, c’est la première fois que vous abordez ce jeu en étant papa. Déjà, comment va ton enfant ?

Elle va très bien ! Elle fait ses nuits, je sais que peu de jeunes parents peuvent dire ça donc je le dis : ‘au bout de quelques mois, elle fait déjà ses nuits(rires). Comme tout père un peu gaga, je peux vous dire que c’est la plus belle fille du monde.

Après avoir dévoilé son visage dans l’émission, songez-vous à la médiatisation ?

Je ne pense pas que ça arrivera à court terme. Je ne souhaite pas l’exposer médiatiquement. C’est vrai qu’on a diffusé quelques photos pendant les Masters, mais je pense que personne ne pourra reconnaître cet enfant (rires). On a juste évoqué son prénom dans le cadre de l’émission afin que les gens puissent la voir et le savoir. Certains candidats et Jean-Luc l’avaient déjà vu bien avant les Masters, comme on forme une grande famille. Mais avec ma femme, on ne souhaite pas vraiment la médiatiser. Je doute qu’on la voie dans Les 12 coups d’ici quelques années (rires).

Quels sont vos projets à venir ?

J’ai toujours dit que j’adorerais participer à Fort Boyard ou à Pékin Express, mais on ne m’a jamais appelé. Et si on m’appelle, je dirais oui ! Sur le point de la culture G, j’aurais la chance de participer au Quizz des champions (qui rassemble des candidats de plusieurs chaînes, NDLR). Deux émissions arrivent pour la rentrée 2022-2023. J’avais déjà eu l’occasion d’y participer l’an passé. J’ai eu la chance de défendre l’honneur et les couleurs des 12 coups !

Leave a Reply

Your email address will not be published.