Pyrénées : ce trio de jazz parcourt la montagne de refuge en refuge, instruments sur le dos

Après deux années perturbées par la crise sanitaire, le trio Jazz voyageur revient à la conquête des sommets pyrénéens pour s’offrir un bol d’air. Partis du Béarn le 4 juillet, ils trimballent guitare, saxo et contrebasses à travers les sentiers de montagne et se produisent chaque soir dans le refuge qui les accueille, comme à Estom.

Dans un ballet rythmé, parfaitement orchestré et connu, les randonneurs débarrassent les tables, après avoir avalé jusqu’à la dernière bouchée, le fondant au chocolat de Lucie la gardienne. Si la nuit n’est pas encore installé, le soleil a déserté la vallée du Lutour d’où s’échappent désormais des notes de contrebasse, quelques accords de guitare et des airs de saxophone. Le trio Jazz voyageur est en concert ce mercredi soir, dans le décor insolite du refuge d’Estom, devant le lac éponyme, à 1804m d’altitude.

Moment suspendu avec le trio Jazz voyageur sur la scène du lac d'Estom, à 1804m d'altitude.  / Photo Andy Barrejot

Moment suspendu avec le trio Jazz voyageur sur la scène du lac d’Estom, à 1804m d’altitude. / Photo Andy Barrejot

Déjà en 2019, entre Gavarnie et la vallée d’Aspe, Hugo, Alexandra et Marcello avaient abandonné les scènes parisiennes où chacun se produit habituellement et de son côté pour cette aventure en commun d’une douzaine de dates. “Petit, je venais beaucoup dans les Pyrénées, explique Hugo Jarry, guitariste toulousain d’origine. Je connais ces montagnes et j’avais envie de faire le GR 10.” Alors, après que le Covid les a poussés à retarder leur projet d’une année, les musiciens ont repris ce chemin insolite, avec une vingtaine de dates échelonnées le long du GR 10. “Cette année, on a voulu faire un plus parcours à notre sauce, sans la volonté de suivre le GR10 ou de faire une traversée.” Aussi, après avoir rallié Gavarnie, le trio partira pour cheminer à travers l’Arière via l’Andorre et jusqu’au château de Miglos, qui doit être atteint le 1er août.

Avant cela, il a fallu à cet ensemble se coltiner le redoutable col de l’Araillé et son pierrier, entre les Oulettes de Gaube et le lac d’Estom, dans le secteur de Cauterets. “Vu la courte distance, on a dû avoir le temps, Mais au final, c’était l’une des étapes les plus difficiles, avec les 12 heures de marche qu’il nous a fallu pour rallier le refuge du Larribet, avoue Hugo, qui porte 25 kilos sur le dos. Ce jour-là, les gens nous avaient applaudis à notre arrivée. Ça fait du bien. ” Avec la contrebasse sur le dos, la moindre branche, le moindre passage un peu exigue, devient compliqué” appuie Marcello qui transporte l’instrument d’Alexandra, grâce à un système de portage maison.

Moment suspendu avec le trio Jazz voyageur sur la scène du lac d'Estom, à 1804m d'altitude.  / Photo Andy Barrejot

Moment suspendu avec le trio Jazz voyageur sur la scène du lac d’Estom, à 1804m d’altitude. / Photo Andy Barrejot

Qu’importent ces difficultés éprouvées sur les chemins et accentuées par la vague de chaleur, le groupe est heureux de se produire chaque soir sur ces scènes inédites. “C’est beau. on est bien ici et ça permet d’amener la musique dans des lieux originaux. les gens sont surpris d’assister ici à ce genre d’événement. Du coup, il y a une qualité d’écoute meilleure qu ‘à Paris. Sans parler de toutes ces rencontres, des liens qui se lient avec les gardiens, les randonneurs. C’est une ambiance unique.”

Moment suspendu avec le trio Jazz voyageur sur la scène du lac d'Estom, à 1804m d'altitude.  / Photo Andy Barrejot

Moment suspendu avec le trio Jazz voyageur sur la scène du lac d’Estom, à 1804m d’altitude. / Photo Andy Barrejot

Le trio n’est pas rémunéré pour sa prestation, bénéficiant simplement du gîte et du couvert dans chacun des refuges qu’Hugo a listé. “Il y a beaucoup d’organisation en amont, car on ne peut rien laisser au hasard dans une telle aventure. Après, ce sont un peu nos vacances. on profite du grand air. mais à l’inverse, l’été c’est aussi la période pour les musiciens où il y a le plus de dates. Donc on fait circulaire un chapeau à la fin de chaque concert, pour essayer de rentrer dans nos frais.” Ce mercredi soir, les morceaux s’enchaînent, proposant un véritable périple musical dans ce cadre inédit. Un moment suspendu unanimement apprécié, loin du tumulte de la plaine et de la ville.

Les prochaines dates

Après avoir sillonné le Béarn et la Bigorre, c’est en Ariège que se trouve le trio Jazz Voyageur depuis ce dimanche. Après le refuge de Bassiès ce lundi, ils seront à l’auberge du Montcalm à Auzat ce mardi, au refuge du Fourcat mercredi, à celui de Sorteny le lendemain, puis au refuge de Juclar vendredi et samedi 23 au gite l’Hospitalité à L ‘Hospitalet… Leur tournée se terminera le lundi 1er août au château de Miglos.

Leave a Reply

Your email address will not be published.