revue de détails des nouveautés 2022 avec la directrice du festival Marie Sabot

Le festival parisien écoresponsable We Love Green, qui n’a pu se tenir comme tant d’autres durant deux ans, est de retour sur la pelouse du bois de Vincennes pour le week-end de Pentecôte les 2, 4 et 5 juin 2022, avec une énergie décuplée et une foule de nouvelles idées mûries durant les longs mois de pandémie.

Si l’événement est avant tout musical, avec une tripotée de têtes d’affiche et d’exclusivités parmi lesquelles Gorillaz, Angèle, Jorja Smith, PNL, Phoenix, Laylow, Juliette Armanet, Disclosure ou SCH, il élargit son champ d’action cette année en accueillant la nouvelle génération du stand-up, de la danse et des chefs. Revue de détails de toutes les nouveautés de cette édition qui attend 100 000 personnes, avec Marie Sabot, co-directrice et fondatrice de We Love Green.

Un site entièrement repensé

Cette année, ceux qui connaissent le site du festival vont être un peu chamboulés dans leurs repères, car la circulation et les scènes ont été entièrement repensées. “On a changé tout le festival et presque toutes les scènes, y compris leur orientation“, nous apprend Marie Sabot. “Sur un LaLaland déplacé dédié au dance-floor, La Forêt devient un endroit à part entière et nous avons doté la scène du Think Tank d’un toit.

La scène LaLaland dédiée au dancefloor au festival We Love Green, lors de la 8e édition, le 2 juin 2019 au bois de Vincennes.  (SADAKA EDMOND/SIPA)

Nous avons aussi créé un chapiteau fermé pour la scène de la Clairière, qui gagne une qualité lumière et vidéo optimale. Du coup, on aura une meilleure expérience en allant voir Disclosure, Caribou, Bicep ou encore Laylow qui vient avec le même show qu’à Bercy. Le chapiteau étant fermé, il se peut qu’en cas de grosse affluence tout le monde ne puisse pas rentrer. Mais il a quand même une capacité de 15 000 personnes, c’est à dire presque comme un Bercy.

Une soirée d’ouverture supplémentaire le jeudi

L’édition 2022 de We Love Green débute par une soirée en avant-première dès le jeudi soir, avant les deux journées de musique prévues le samedi et le dimanche. “Ce premier soir, le festival ne sera ouvert qu’à moitié, avec une jauge réduite“, précise Marie Sabot. “C’est quelque chose que nous n’avons jamais fait. L’idée est de tester un pilote pour l’an prochain, dans l’idée de proposer trois jours vendredi, samedi, dimanche en 2023.

Les personnages virtuels du groupe Gorillaz : 2D, Murdoc, Noodle et Russel Hobbs.  (JAMIE HEWLETT / GORILLAZ INC.)

Au menu jeudi soir : Gorillaz, le groupe de Damon Albarn, la reine de la nouvelle soul Jorja Smith, la superstar de la pop latina Nathy Peluso et le trio électronique berlinois Moderat. “En fait, les Gorillaz, qui étaient programmés dès 2020 (il s’agit donc d’un rapport NDLR), nous avons contactés en nous disant : on est disponibles le jeudi, on a envie de venir, qu’est-ce qu’on fait ?“, se souvient Marie Sabot. “Là, on s’est retrouvé face à une question cornélienne et on a décidé d’ouvrir le festival avec un plateau autour d’eux.

Par ailleurs, la jeune garde du rap français, constituée de Chanceko, La Fève, 1PLIKE140 et ZIAK sera mise à l’honneur ce même jeudi soir sur la scène LaLaland, nécessairement dévolue au dance-floor. “Cela risque d’être chaud bouillant“, pronostique Marie Sabot.

Du stand-up avec Fary et le club de comédie Madame Sarfaty

We Love Green ajoute cette année une nouvelle corde à son arc : l’humour ! Fary ouvre le bal d’un nouveau plateau dédié au stand-up, “une salle spécifique, une espèce de petit club assez intimiste” dès la soirée du jeudi. Le “dandy de l’humour“, qui vient de sortir un EP, Le stand-up m’a tué.e, dans lequel il montre aussi ses talents de chanteur, devrait se concentrer sur l’humour ce soir-là.

L'humoriste Fary, le 21 février 2019 à Paris.  (OLIVIER LEJEUNE / MAXPPP)

Il présentera en effet deux fois de suite son nouveau spectacle Aime moi si tu peux en avant-première exclusive (à 19h30 et 23h15 – Attention, sur réservation), plusieurs semaines avant de le dévoiler dans une salle parisienne à la rentrée. Et ce n’est pas tout. Durant le week-end, Fary reviendra avec toute son équipe de Madame Sarfati, le Comedy Club parisien qu’il a initié, pour ambiancer chaque soir les festivaliers. “Samedi et dimanche, durant une heure, une heure trente, toute la nouvelle génération qui aura écrit des choses spécialement pour le festival viendra montrer son talent“.

De la danse avec le chorégraphe Léo Walk et sa compagnie La Marche Bleue

L’autre nouvelle discipline proposée pour la première fois au festival c’est la danse, en ébullition actuellement en France. Le jeune danseur et chorégraphe Léo Walk, 27 ans, vient présenter samedi avec les neuf danseurs de sa compagnie La Marche Bleue une version de 30 minutes de son ballet Première balade, un spectacle acclamé lorsqu’il a pu être montré (pandémie oblige) ces derniers mois, en tournée mais aussi de l’Olympia au Théâtre du Châtelet. “Nous les avons mis sur le dancefloor du LaLaland, c’est à dire un projet dansant sur un espace dansant. La bande son du spectacle, très électro, Couplée à la sono hyper costaud de cette scène, fait que les festivaliers se mettront peut-être à danser à l’unisson de la troupe“, espère Marie Sabot.

Le danseur et chorégraphe Léo Walk, fondateur de la compagnie La Marche Bleue.  (ROMAIN LEMPIRE)

Léo Walk, qui a aussi chorégraphié le show de Laylow et sera sur scène avec lui le même jour au festival, voit cette proposition comme “un défi“. Difficile en effet de capter l’attention d’un lieu public principalement pour les concerts. “J’ai créé un nouveau tableau pour l’occasion et j’ai supprimé ce qui était moins dynamique dans la chorégraphie“, nous explique-t-il. “Étant donné que les gens ne seront pas posés dans un siège mais debout avec une bière à la main, le mais est davantage de les encourager. J’ai donc condensé ce qu’il était plus énergique tout en gardant quelques tranches de calme pour qu’il y ait un mélange des deux énergies.”

Nous, on croit beaucoup à cette rencontre inédite. Quoi qu’il en soit, “il se passe tellement de choses passionnées en ce moment dans la danse, qu’il faut qu’on lui fasse de la place désormais chaque année. On y travaille», assure la directrice de We Love Green.

Le Chef Lab et les causeries de Fin de Service

Pour cette édition du renouveau, We Love Green fait encore plus place aux plaisirs des papilles et met les bouchées doubles en inaugurant Le Chef Lab. “C’est une nouvelle offre de restauration autour de quatre chefs et cheffes emmenées par Adrien Cachot, ancien Top Chef qui a fait une cuisine tellement bouleversante lorsqu’il était en résidence au Perchoir cet hiver à Ménilmontant”, expose Marie Sabot. Autour de lui : Alessandra Montagne et sa cuisine militante d’inspiration brésilienne, la cheffe itinérante franco-iranienne Minou Sabahi et la révélation Valentin Raffali du Livingston à Marseille.

Ces quatre pointures des fourneaux disposeront sur place “d’une vraie cuisine équipée et d’un espace dédié, une très belle terrasse couverte et confortable avec des tables dressées comme un immense banquet où les festivaliers pourront goûter leur cuisine gastronomique avec un menu à 15 euros“, précise la directrice de We Love Green. Cerise sur le menu : une petite scène habillée au milieu de cet espace, à portée de vue et d’oreille des convives, proposant des “talks” baptisés Fin de Service. “Des chefs viendront y parler de leur façon éco-responsable de cuisiner, des vignerons et des paysans de leur travail, et des représentants d’Ecotable expliqueront ce que c’est qu’une cuisine équitable.

Les propositions de délices street-food abondent au

Mais il sera toujours possible de grignoter sur le pouce une street-food créative et futée, en se rendant sur le “food court” qui reste en place avec ses 50 stands de restaurants triés sur le volet – “Nous avons eu 126 candidatures cette année et le jury emmené par Alexandre Gauthier de La Grenouillère en a retenu 50“. “Ils font ce que l’on appelle de la gastronomie de camping, des choses à emporter délicieuses, mais en prenant soin de faire le moins de déchets possible. Certains en profitent pour tester des idées, tenter des expériences qu’ils n’oseraient pas dans leurs restaurants et c’est l’occasion pour les chefs de faire sortir leurs équipes des cuisines, de leur offrir un peu de plaisir“, expose Marie Sabot. “Jusqu’ici, dans certains festivals, ce sont toujours les mêmes stands de frites pas très recherchés. Peut-être que cette pop culture food inventive va essaimer dans d’autres festivals english“, espère-t-elle. Il est vrai qu’on y prend goût…

Le festival We Love Green 2022 se dérouler les 2, 4 et 5 juin au bois de Vincennes
Consulter le programme ici

Leave a Reply

Your email address will not be published.