Romy Schneider : injures, gifle, cabale… Ce cauchemar qu’elle aurait fait vivre à Montand, Brasseur et Keitel

Quarante ans après sa mort, une nouvelle facette de la personnalité de Romy Schneider semble se dessiner. L’actrice n’aurait pas été tendre avec ses partenaires de jeu, comme Yves Montand ou Claude Brasseur.

Sur la connue libre, indépendante, sexy et en avance sur son temps. La voix autoritaire et odieuse. C’est en tout cas ce que raconte Violaine de Montclos dans son livre Adieu Romy (Ed. Grasset). Cet ouvrage décrit une actrice qui faisait vivre un enfer à ses partenaires de tournagecomme le rapport France Dimanche qui publie des extraits ce vendredi 1er juillet. Cela aurait ainsi été le cas avec Yves Montand – avec lequel Romy Schneider a pourtant joué au cours de trois long-métrages, dont le magnifique César et Rosalie. Sauf que son tournage aurait été trois mois et demi d’enfer. Romy Schneider se serait alors”liguée contre le grand Montand, tout encombré de son personnage d’homme trompé, en fait des tonnes, et les énerve tous : l’orage gronde, chaque jour, durant quatorze semaines“, écrit l’auteure qui décrit également une relation complexe entre l’ex d’Alain Delon et son réalisateur fétiche Claude Sautet, dont “le numéro de duettistes épuise et fascine tous ceux qui les observent“.

Cela ne se serait pas beaucoup mieux passé sur le tournage d’Une histoire simple dans laquelle elle a provoqué la réplique à Claude Brasseur. Cette fois, c’est lui qui aurait fait les frais de la “rage” de Romy Schneider. “Un jour, c’est Claude Brasseur qu’elle agonit d’injures, jugeant son jeu mauvais et le comparant à celui du père, le comédien Pierre Brasseur, devant toute l’équipe, désolée : le trait met le pauvre Claude à terre“, raconte Violaine de Montclos. Les acteurs américains avec Romy Schneider ont tourné ne font pas exception à la règle. La mère de David Meyen et Sarah Biasini auraient dû même frappé Harvey Keitel.

Ce jour où Romy Schneider aurait giflé Harvey Keitel

Cela remonte au début des années 1980 alors qu’elle tournait La mort en direct de Bertrand Tavernier. Elle y partageait l’affiche avec Harry Dean Stanton et Harvey Keitel. Sauf que Romy Schneider n’aurait vraiment pas apprécié ce dernier. “Tout chez lui exaspère la comédienne, et surtout son jeu très Actors Studio qui le pousse à réfléchir des heures tandis qu’elle est plus dans la spontanéité“, rapporte France Dimanche. Mais trop, c’est trop. Alors, un jour, Romy Schneider n’y serait pas allée de main morte. “Blâme, Romy lui colle une baffe : ‘C’est avec moi que tu joues.’ Tout le monde est stupéfait“, raconte Violaine de Montclos. Sous le choc et sachant que David Meyen est présent sur le plateau, Harvey Keitel n’aurait pas réagi. Il lui aurait tout de même lâché : “Si ton fils n’avait pas été là, je t’aurais giflée moi aussi“. Ambiance…

Leave a Reply

Your email address will not be published.